Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-6904

de Bert Anciaux (sp.a) du 24 aôut 2012

au ministre de la Défense

Hélicoptères NH-90 - Rayon d'action

hélicoptère de combat
armée
dépense de défense

Chronologie

24/8/2012 Envoi question
28/9/2012 Réponse

Question n° 5-6904 du 24 aôut 2012 : (Question posée en néerlandais)

J'ai déjà interrogé le ministre (question écrite 5-6788) quant au rayon d'action des hélicoptères NH-90. Selon certains experts, le poids excessif de ces engins limite leur rayon d'action.

Le ministre a répondu que, de ses contacts avec les autres utilisateurs de l’hélicoptère NH-90, il apparaissait que l’hélicoptère avait un rayon d’action suffisant pour effectuer les missions prévues.

Selon des informations récemment publiées par divers médias, le Portugal et la Norvège envisagent d'annuler (une part de) leurs commandes de NH-90.

Je souhaiterais poser au ministre les questions suivantes :

1. D'après son fabricant/distributeur, quel est le rayon d'action de l'hélicoptère NH-90 ?

2. Quels autres utilisateurs de l’hélicoptère NH-90 a-t-on contactés et quel rayon d'action (en équipement opérationnel) indiquent-ils respectivement ?

3. Quels sont les rayons d'action des hélicoptères Seaking et des hélicoptères Agusta ?

4. Quel rayon d’action minimum les missions prévues nécessitent-elles ?

5. Le ministre sait-il que le Portugal et la Norvège envisagent d'annuler (une part de) leurs commandes de NH-90 ? Sait-il s'il s'agit d'une éventualité réelle ? Quels sont les motifs de renonciation ? Que pense le ministre de ces motifs ? Quelle serait l'incidence sur le programme NH-90 ? Quelle serait l'incidence sur la livraison (délai, coût,...) des NH-90 à la Belgique ?

Réponse reçue le 28 septembre 2012 :

L'honorable membre est prié de trouver ci-après la réponse à ses questions.

  1. Sur base des données du constructeur, l’hélicoptère NH90 dispose d’une autonomie de 4 heures 30. En fonction de sa configuration, il peut couvrir une distance de 1000 kilomètres. Le rayon d’action associé est de 460 kilomètres en configuration SAR (Search And Rescue) et en configuration transport de troupes, si l’on considère que l’appareil retourne à sa base de départ.

  2. Jusqu’à présent, 115 appareils NH90 ont été livrés à dix pays. La France est actuellement en train de terminer sa phase d’évaluation opérationnelle et les résultats actuels montrent clairement que les capacités de l’hélicoptère NH90 en version Tactical Transport Helicopter (TTH) correspondent bien aux attentes. Les Pays-Bas disposent actuellement de l’hélicoptère NH90 en version NATO Frigate Helicopter (NFH) dans une configuration intermédiaire. Les prestations de cet hélicoptère ne montrent pas de limitations en ce qui concerne le rayon d’action.

  3. Le rayon d’action pour un hélicoptère SEAKING, équipé pour des missions SAR, est de 300 kilomètres. Pour l’hélicoptère A109, le rayon d’action est d’environ 200 kilomètres.

  4. Pour réaliser la mission SAR, l’hélicoptère doit pouvoir intervenir dans la zone de responsabilité belge. Le rayon d’action nécessaire est de 300 km. Pour les missions d’appui à la marine, ce n’est pas tant le rayon d’action qui est important, mais plutôt l’autonomie, afin d’assurer sa mission de surveillance pendant trois heures à une distance d’environ 75 km du navire. Enfin, l’hélicoptère NH90 en version TTH doit être capable de transporter des troupes sur une distance de 285 km. L’autonomie des hélicoptères NH90 permet donc la réalisation de ces missions prévues.

  5. Le Portugal a décidé de renoncer à l’acquisition de dix hélicoptères NH90 suite à des restrictions budgétaires. Les conséquences de la décision portugaise de se retirer du programme NH90 sont actuellement à l’étude. Les conséquences éventuelles pour le programme NH90 devraient être, le cas échéant, assez limitées vu l’ampleur limitée de la commande portugaise par rapport au nombre total d’hélicoptères qui a été commandé. La livraison des hélicoptères belges n’en est en aucun cas influencée. La Norvège a exprimé ses soucis en ce qui concerne le retard de livraison des hélicoptères et a menacé d’annuler partiellement ou complètement sa commande si aucune amélioration n’était constatée. La Défense belge n’a pas connaissance du contenu du contrat norvégien et n’est donc pas à même de juger si une annulation partielle ou complète serait possible, ni de calculer l’impact éventuel sur la livraison des hélicoptères NH90 belges. Jusqu’à présent, une telle annulation du côté de la Norvège n’est pas encore officiellement à l’ordre du jour.