Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-6313

de Bert Anciaux (sp.a) du 24 mai 2012

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Consommation de médicaments - Suivi - Contrôle - Rôle des infirmiers - Compétences - Instruments

médicament
personnel infirmier
établissement hospitalier
équipement social
Agence fédérale des médicaments et des produits de santé
surveillance des médicaments

Chronologie

24/5/2012 Envoi question
16/10/2012 Réponse

Question n° 5-6313 du 24 mai 2012 : (Question posée en néerlandais)

Une récente thèse de doctorat de Tinne Dilles (université d'Anvers) souligne le rôle très important que les infirmiers pourraient jouer dans le suivi de la consommation de médicaments. Ce suivi est trop rarement assuré aujourd'hui et les effets secondaires et indésirables des médicaments échappent donc à l'attention. Cette étude a constaté à cet égard (1) que la majorité des infirmiers jugent cet aspect important et le considèrent comme faisant partie de leurs attributions mais (2) qu'ils ne disposent pas de compétences suffisantes dans ce domaine. C'est pourquoi un instrument, appelé « trigger tool » a entretemps été développé ; il serait d'une grande utilité pour le contrôle des effets des médicaments. Bien que l'étude soit centrée sur les centres d’hébergement et de soins, il semble que l'on puisse en généraliser les conclusions.

Mes questions sont les suivantes.

1) La ministre reconnaît-elle qu'un problème se pose en ce qui concerne le contrôle rigoureux de la consommation de médicaments des patients hospitalisés entre autres ?

2) Comment évalue-t-elle et apprécie-t-elle les conclusions de cette thèse de doctorat qui présentent les infirmiers comme des acteurs essentiels d'un contrôle adéquat de l'usage des médicaments mais qui soulignent qu'ils ne disposent pas de toutes les compétences et instruments pour ce faire ?

3) La ministre connaît-elle l'instrument appelé « trigger tool » qui peut être d'une grande utilité pour un tel contrôle ? Reconnaît-elle l'utilité de cet instrument ? A-t-on veillé ou veille-t-on à diffuser cet instrument ?

4) La ministre envisage-t-elle d'autres mesures politiques pour optimiser le contrôle de l'usage des médicaments en cas d'accueil résidentiel ?

Réponse reçue le 16 octobre 2012 :

Au sein de mes services, divers projets et initiatives sont développés et réalisés pour améliorer en continu la qualité des soins dispensés aux patients. À cet effet, nous visons une approche multidisciplinaire des soins, les compétences des différents prestataires de soins étant complémentaires.  

Le nombre élevé d’hospitalisations et de séjours prolongés sont à l’origine de notre politique, laquelle accorde également une attention particulière à la qualité et à la sécurité de la thérapie médicamenteuse.   

1.

2.

3.

4.

Des informations supplémentaires se trouvent sur www.mfc-cmp.be et www.patent-safety.be.