Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-3765

de Bert Anciaux (sp.a) du 21 novembre 2011

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de l'Intégration sociale

Agence fédérale des médicaments et des produits de santé - Médicaments - Anticoagulants - Pradaxa - Victimes - Dangers - Autorisation

Agence fédérale des médicaments et des produits de santé
médicament
maladie du sang

Chronologie

21/11/2011 Envoi question
7/12/2011 Dossier clôturé

Réintroduite comme : question écrite 5-4572

Question n° 5-3765 du 21 novembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) signale que le Pradaxa n'a pas provoqué de décès dans notre pays. Dans le monde, 256 personnes sont mortes à la suite de l'administration de cet anticoagulant, appelé Dabigratran, mais enregistré dans notre pays sous le nom de Pradaxa. Le médicament était surtout administré après la pose de prothèses orthopédiques.

Ce communiqué semble positif mais il n'empêche qu'un médicament manifestement nuisible a quand même été abondamment administré. Voici mes questions :

1) Dans combien de cas le Pradaxa a-t-il été prescrit et administré chaque année durant la période 2006-2010 ?

2) Comment la ministre explique-t-elle que ce médicament, qui est maintenant qualifié de très dangereux et a causé près de trois cents décès, ait quand même été autorisé.

3) Depuis quand les dangers de ce médicament sont-ils connus et de quelle manière notre pays a-t-il adapté sa politique à cet égard ?

4) La ministre peut-elle confirmer qu'en Belgique personne n'est décédé des suites de l'administration du Pradaxa ?