Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-590

de Yves Buysse (Vlaams Belang) du 3 avril 2008

au vice-premier ministre et ministre de l'Intérieur

Police fédérale - Chambres d’écoute nationales et d’arrondissement - Engagement d’aveugles et de malvoyants - Évaluation de la période expérimentale

police
handicapé physique
intégration des handicapés
organisme de recherche
police judiciaire
protection des communications
évaluation de projet

Chronologie

3/4/2008 Envoi question (Fin du délai de réponse: 8/5/2008 )
1/7/2008 Réponse

Réintroduction de : question écrite 4-249

Question n° 4-590 du 3 avril 2008 : (Question posée en néerlandais)

À la mi-2007, la police fédérale a mis en œuvre un projet pilote qui devait employer six aveugles et malvoyants durant six mois pour effectuer des écoutes téléphoniques. On part, peut-être à raison, du principe que ces personnes peuvent représenter une importante plus-value pour l’analyse des informations reçues par le biais d’écoutes téléphoniques.

Cette période expérimentale étant terminée, j’aimerais savoir quelle en est l’évaluation et si, sur la base de celle-ci, davantage d’aveugles et de malvoyants seront engagés pour les chambres d’écoute nationales et d’arrondissement.

Réponse reçue le 1 juillet 2008 :

L'honorable membre trouvera ci-dessous réponse à sa question.

Sur base de l'analyse des besoins des diverses directions judiciaires déconcentrées, six handicapés visuels ont été engagés pour les chambres d'écoutes au sein de trois de ces directions. Ils sont entrés en service début juillet 2007; deux à Anvers, deux à Bruxelles, un francophone et un néerlandophone, ainsi que deux à Liège.

L'évaluation de la période d'essai se fait en trois phases. Le but de la première phase était de savoir si la mise en place s'était effectuée correctement et s'il ne subsistait pas de problèmes administratifs, logistiques ou opérationnels à régler.

Il ressort de cette première étape que notamment la mise en place et l'intégration des nouveaux collègues se sont admirablement bien passées. Divers petits problèmes ont été mis en exergue mais ont été solutionnés depuis.

Quant à la deuxième phase d'évaluation, elle avait pour but d'évaluer le travail réalisé par les personnes engagées. Cette évaluation a permis de mettre en évidence le réel apport des membres du personnel handicapés visuels pour les chambres d'écoutes téléphoniques. Ceux-ci fonctionnent d'ailleurs à la grande satisfaction de leurs chefs et sont très motivés.

La troisième phase d'évaluation se caractérise par la rédaction d'un rapport final d'évaluation reprenant les résultats des deux premières étapes de l'évaluation.

Malgré le fait que le rapport final d'évaluation est en cours de rédaction, je peux d'ores et déjà indiquer que l'évaluation est très positive, comme le démontrent d'ailleurs les éléments présentés ci-dessus. Cette évaluation sera bien évidemment prise en compte dans l'analyse des futurs besoins dans les chambres d'écoutes téléphoniques de la police fédérale.