Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-5862

de Yves Buysse (Vlaams Belang) du 7 décembre 2009

au ministre pour l'Entreprise et la Simplification

Services publics - Traducteurs - Interprètes - Coût

profession de l'information
traduction
interprétation
coût de fonctionnement
ministère

Chronologie

7/12/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 8/1/2010 )
11/2/2010 Réponse

Réintroduction de : question écrite 4-4032

Question n° 4-5862 du 7 décembre 2009 : (Question posée en néerlandais)

Pas mal de services publics ont fréquemment recours à des traducteurs/interprètes, assermentés ou non.

Je souhaiterais que le ministre réponde aux questions suivantes :

1. Dans quels services relevant de votre tutelle et pour quelles matières a-t-on recours à des traducteurs/interprètes et quel en est le fondement légal?

2. Combien de fois ces services ont-ils eu recours à un traducteur/interpète en 2007 et 2008?

3. Combien ces traducteurs/interprètes ont-ils coûté aux pouvoirs publics en 2007 et 2008?

4. Quelle est la part de ces coûts d'interprétation et de traduction qui est répercutée sur leurs utilisateurs?

Réponse reçue le 11 février 2010 :

1. Si les circonstances l’exigent, différents services au Service public fédéral (SPF) Economie font occasionnellement appel à des traducteurs/interprètes pour des traductions simultanées dans le cadre de réunions ou de séminaires internationaux ou lorsqu’ils reçoivent des délégations étrangères et ce, conformément aux procédures légales en matière de marchés publics.

2. En 2007, le SPF Economie a fait appel vingt fois à un traducteur/interprète et onze fois en 2008.

3. Les coûts pour ce traducteur/interprète se sont élevés respectivement à 31 510,35 euros en 2007 et à 16 922,57 euros en 2008.

4. Ces coûts ne sont évidemment pas supportés par les utilisateurs.