Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-694

de Bert Anciaux (sp.a) du 9 novembre 2020

à la vice-première ministre et ministre des Affaires étrangères, des Affaires européennes et du Commerce extérieur, et des Institutions culturelles fédérales

Théâtre royal de la Monnaie - La Monnaie - Rénovation - Retard - Conséquences pour la collaboration avec les Communautés

arts du spectacle
organisation culturelle
emploi des langues
amélioration du logement
bâtiment public

Chronologie

9/11/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 10/12/2020 )
24/12/2020 Réponse

Réintroduction de : question écrite 7-52

Question n° 7-694 du 9 novembre 2020 : (Question posée en néerlandais)

Les travaux de rénovation de la Monnaie, l'opéra national, ont pris beaucoup de retard.

Il existe bien sûr d'excellentes collaborations entre les institutions culturelles fédérales et les Communautés. La culture est une matière communautaire par excellence.

La Monnaie fait elle aussi l'objet de multiples collaborations.

La réalisation des travaux de restauration à la Monnaie a été plusieurs fois reportée. Il est évident que ce retard n'a pas été sans conséquences pour la collaboration avec les Communautés et avec les autres opéras de notre pays.

Ce retard était également manifestement imputable à un problème linguistique. Il va de soi que les institutions culturelles fédérales doivent respecter scrupuleusement la législation sur l'emploi des langues et cela a des répercussions directes sur la politique des Communautés dans notre pays et sur la politique culturelle qu'elles mènent dans la région bilingue de Bruxelles-Capitale.

1) Le ministre peut-il me dire de combien de temps la réouverture de la Monnaie a été retardée ?

2) Quelle incidence ce retard a-t-il eue sur la programmation du Théâtre royal de la Monnaie ?

3) Quelles répercussions a-t-il eues sur la collaboration avec les institutions communautaires ou avec des organisations subventionnées par les Communautés ?

4) Une erreur de traduction a-t-elle été à l'origine de ce retard ? Si oui, quelle erreur a eu pour effet de retarder les travaux de rénovation ?

5) Qui était responsable de ce retard ?

Réponse reçue le 24 décembre 2020 :

1) Environ 18 mois.

2) L’ensemble de la programmation a été revu. Certaines productions ont été adaptées au séjour dans la tente temporaire de Tour & Taxis (par exemple Butterfly et La petite renarde rusée), d’autres ont été reportées parce qu’elles étaient trop grandes pour la tente (Lohengrin et Lucio Silla par exemple), d’autres productions ont pu continuer (Capriccio et MacBeth) et d’autres encore ont été programmées à nouveau pour l’occasion (Aida, Le Coq d’Or et Sweeney Todd). À aucun moment, l’offre au public n’a été interrompue.

3) Aucune. Les accords de coopération avec les communautés se sont poursuivis dans d’autres lieux que la Monnaie.

4) Il y a effectivement eu une erreur de traduction dans la version initiale du cahier des charges établi par la Régie des bâtiments qui explique un premier retard du début des travaux. Il y avait une différence d’interprétation possible entre le texte français et néerlandais en ce qui concerne l’expérience exigée que devait être démontrée par l’entrepreneur. La procédure a dû être recommencée. Mais la traduction est juste une des causes, l’essentiel des causes est à trouver pendant l’exécution des travaux de rénovation dans le conflit entre le propriétaire (la Régie des bâtiments), l’adjudicataire et un sous-traitant sur le choix des installations techniques pour la scène.

5) Une procédure entre la Régie des bâtiments, l’adjudicataire et certains sous-traitants est en cours afin de déterminer les responsabilités.