Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 6-85

de Lode Vereeck (Open Vld) du 28 octobre 2014

à la secrétaire d'État à la Lutte contre la pauvreté, à l'Égalité des chances, aux Personnes handicapées, et à la Politique scientifique, chargée des Grandes Villes, adjointe au Ministre des Finances

Administration fédérale - Télétravail - Aperçu - Visites d'inspection - Cybercrime - Économies

criminalité informatique
piratage informatique
travail à distance
inspection du travail
fonction publique
ministère
sécurité du travail
statistique officielle
santé au travail
administration publique

Chronologie

28/10/2014 Envoi question (Fin du délai de réponse: 27/11/2014 )
4/2/2015 Rappel
10/4/2015 Réponse

Aussi posée à : question écrite 6-69
Aussi posée à : question écrite 6-70
Aussi posée à : question écrite 6-71
Aussi posée à : question écrite 6-72
Aussi posée à : question écrite 6-73
Aussi posée à : question écrite 6-74
Aussi posée à : question écrite 6-75
Aussi posée à : question écrite 6-76
Aussi posée à : question écrite 6-77
Aussi posée à : question écrite 6-78
Aussi posée à : question écrite 6-79
Aussi posée à : question écrite 6-80
Aussi posée à : question écrite 6-81
Aussi posée à : question écrite 6-82
Aussi posée à : question écrite 6-83
Aussi posée à : question écrite 6-84
Aussi posée à : question écrite 6-86

Question n° 6-85 du 28 octobre 2014 : (Question posée en néerlandais)

L'arrêté royal du 22 novembre 2006 relatif au télétravail dans la fonction publique fédérale administrative permet aux membres des services publics fédéraux d'effectuer du télétravail. Cette forme de travail flexible est possible tant pour les contractuels, les mandataires et les stagiaires que les statutaires. Le télétravail occasionnel est également permis, moyennant l'accord du supérieur hiérarchique, lorsque le membre du personnel a des problèmes spécifiques pour se rendre à son lieu de travail.

Le service interne de prévention peut contrôler chez le télétravailleur si les conditions de santé et de sécurité sur le lieu de travail sont respectées. De tels contrôles, ou visites d'inspection, peuvent également être réalisés à la demande du télétravailleur.

Je souhaite poser les questions suivantes en ce qui concerne les services (services publics fédéraux et de programmation), établissements et organisations relevant des compétences du ministre/secrétaire d'État.

1) Sur le nombre total de membres du personnel, combien travaillent-ils actuellement, tant en chiffres absolus qu'en pourcentage : a) à la maison de façon occasionnelle ; b) à la maison de façon structurelle ?

2) a) Combien de visites d'inspection ont-elles été réalisées au cours de la période 2009-2014 par le service interne de prévention ?

b) Combien ont-elles été effectuées à la demande du télétravailleur ?

c) Dans combien de cas le lieu de travail n'était-il pas conforme aux mesures en matière de santé et de sécurité sur le lieu de travail ? Quelle suite a-t-on donnée à ces constats et, le cas échéant, qui a supporté les coûts générés par la mise en conformité du lieu de travail avec les règles applicables en matière de santé et de sécurité ?

3) Combien de cas de cybercrime et/ou d'espionnage ont-ils été constatés chez des télétravailleurs au cours de la période 2009-2014 ? Quelles mesures de sécurité (supplémentaires) ont-elles été prises à la suite de ces constats ?

4) L'économie éventuelle réalisée au niveau du service fédéral, de l'établissement ou de l'organisation grâce au télétravail a-t-elle déjà été évaluée ?

a) Dans l'affirmative, quelles sont les constatations et conclusions les plus importantes de cette étude ? Quel montant économise-t-on chaque année dans le service fédéral, l'établissement ou l'organisation en question grâce à la mise en place de cette forme flexible de travail qu'est le télétravail ?

b) Dans la négative, pourquoi ? Le ministre/secrétaire d'État juge-t-il une telle étude utile ?

Réponse reçue le 10 avril 2015 :

L’honorable membre trouvera ci-après la réponse à sa question.

1. Télétravail – Nombre d’agents en chiffres absolus et pourcentage.

Télétravail occassionnel

Téletravail structurel

Etablissement

Nombre

%

Nombre

%

Belspo Louise

50

21 %

84

35 %

Belnet

18

30,5 %

33

56 %

AGR

28

66,7 %

14

33,3 %

BRB

22

7,5 %

4

1,4 %

IRPA

91

60,6 %

 

 

IRM

56

28,6 %

 

 

IRScNB

157

35 %

17

4 %

MRAC

101

42 %

 

 

ORB

 

 

47

26 %

MRAH

 

 

 

 

MRBAB

38

15 %

2

0,8 %

GEGES

 

 

 

 

IASB

65

42 %

60

41 %

2. Aucune ni à Belspo ni dans les ESF mentionnés ci-dessus.

3. Je vous invite à vous référer à ma réponse à votre question n° 35 du 28 octobre 2014.

4. L’instauration du télétravail répond avant tout à une demande du personnel. Si travailler à distance a un certain coût (fourniture de matériel approprié, mise en conformité des postes de travail, etc.), de réels avantages sont associés à ce type de régime avec des répercussions sur la motivation, la responsabilisation et la satisfaction des agents. Le télétravail permet en effet un meilleur équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle, et il y a lieu de remarquer que la disponibilité de l’employé augmente vu que le temps de trajet est nul. Le télétravail est également particulièrement indiqué quand il s’agit d’exécuter des tâches exigeant une plus grande concentration et un environnement paisible (rédaction d’article, certaines recherches, traitement d’images, etc.). Enfin, le télétravail est une opportunité de moderniser les méthodes et les outils de travail et mérite toute l’attention du management. Ces avantages compensent certainement l’augmentation des coûts.