Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-8546

de Yves Buysse (Vlaams Belang) du 20 mars 2013

au ministre des Entreprises publiques et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Société nationale des chemins de fer belges - Titre de transport - Cartes MOBIB - Contrôle - Messages d'erreur - Durée - Accompagnateurs de train

Société nationale des chemins de fer belges
transport de voyageurs
titre de transport

Chronologie

20/3/2013 Envoi question
11/6/2013 Réponse

Question n° 5-8546 du 20 mars 2013 : (Question posée en néerlandais)

Depuis 2012, les usagers des trains peuvent, grâce à leur carte MOBIB, établir qu'ils disposent d'un titre de transport valable.

Il appert que les contrôles ne sont pas faciles. Un message d'erreur apparaît souvent à la lecture de la carte. Même si contrôler la validité du titre de transport est possible, cela prend bien plus de temps car il faut, pour chaque passager, introduire la position (entre quels points d'arrêt) du train dans l'appareil.

Je souhaiterais une réponse aux questions suivantes :

1) Le ministre a-t-il une idée du nombre de passagers qui payent leur trajet avec MOBIB ?

2) Est-il au courant du nombre de messages d'erreur lors de lectures de cartes ?

3) Comme le contrôle d'une carte MOBIB dure nettement plus qu'un contrôle traditionnel, le développement du système MOBIB ralentirait le travail des accompagnateurs. À nombre d'accompagnateurs inchangés, on pourrait en effet contrôler moins de voyageurs. Cela aura-t-il une incidence sur le nombre d'accompagnateurs ?

Réponse reçue le 11 juin 2013 :

En réponse à vos questions, le groupe Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) me communique les éléments suivants :

  1. En date du 25 mars 2013, environ 35 000 clients disposaient d’une carte MOBIB de la SNCB et y avaient chargé un abonnement SNCB.

  2. Les messages d’erreur ne sont pas enregistrés. Toutefois, ils sont apparus - de manière ponctuelle - durant les périodes tests en novembre et décembre 2012. Depuis lors, au cours de la formation de chaque accompagnateur de train, un "check" de l'appareil personnel de contrôle (IBIS) est effectué afin de détecter ceux qui présentent encore une défectuosité.

  3. Des tests chronométrés ont prouvé que le contrôle des cartes MOBIB ne prend que 20 % de temps de plus qu'un contrôle visuel d'une carte train papier. Par ailleurs, contrairement au passé, ces contrôles sont exhaustifs et automatiques et ne sont plus ainsi sujet à interprétation par l'accompagnateur. Cela n’a donc pas d'influence sur le nombre d'accompagnateurs en service. Diverses actions ont été entreprises à divers niveaux pour améliorer le nombre et la qualité des contrôles.