Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-8454

de Bert Anciaux (sp.a) du 11 mars 2013

au ministre des Entreprises publiques et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes

Belgacom - Expert du vécu en pauvreté - Recrutement

Proximus
pauvreté
travailleur social
exclusion sociale
fossé numérique
Internet

Chronologie

11/3/2013 Envoi question
29/4/2013 Réponse

Question n° 5-8454 du 11 mars 2013 : (Question posée en néerlandais)

Dans une réponse à une précédente question, le secrétaire d'État à l'Intégration sociale et à la Lutte contre la pauvreté avait déclaré qu'à ce moment-là aucun expert du vécu en pauvreté ne travaillait dans des entreprises publiques. Cela m'étonne quelque peu. Les statistiques montrent qu'en Belgique il subsiste encore une énorme fracture numérique et qu'elle est le reflet de l'inégalité sociale. Il y a une différence tangible dans l'usage de l'internet et la possession d'un PC selon le niveau de formation, le type d'activité, l'âge, le sexe et la région de résidence. En outre l'accès à l'internet est de plus en plus considéré comme un droit de base, étant donné qu'à présent il s'agit d'une condition pour participer à la société.

Le projet consistant à engager des experts en vécu en matière de pauvreté et d'exclusion sociale a en outre déjà démontré sa valeur et il a été évalué très positivement partout où il a été appliqué. Je ne vois donc aucune raison qui empêcherait Belgacom de franchir cette étape.

Voici les questions.

1) Est-il exact que jusqu'à ce jour, aucun expert du vécu en pauvreté n'a encore été engagé par Belgacom ? Si oui, pour quelles raisons ? A-t-on déjà discuté ou examiné le sujet ? Si non, combien d'experts du vécu en pauvreté sont-ils au travail chez Belgacom ? Dans quels départements ? Quelles tâches leurs sont-elles confiées ?

2) Le ministre partage-t-il mon avis que les experts du vécu en pauvreté peuvent apporter une énorme plus-value à une entreprise semi-publique comme Belgacom, qui est à la base de la connexion à l'internet de millions de personnes ? Dans ce cas, prendra-t-il rapidement contact avec le service public de programmation (SPP) Intégration sociale pour mettre ce projet en œuvre à Belgacom ?

Réponse reçue le 29 avril 2013 :

En réponse aux questions de l'honorable membre, Belgacom m’a communiqué les éléments suivants:

1. Le service en charge des actions liées à la lutte contre la pauvreté au sein de Belgacom est le service en charge de la Responsabilité Sociétale d’Entreprise. Ce service, composé de 7 personnes, mène des actions en faveur des personnes défavorisées mais aussi des actions de formation à l’utilisation d’Internet, de réduction de l’empreinte écologique, …

A titre d’exemple, les initiatives suivantes ont été prises en 2012 et en ce début d’année 2013 :

2. D’autre part, des contacts ont également lieu entre Belgacom et le Service public de programmation (SPP) Intégration sociale afin d’estimer comment il est possible de renforcer les moyens d’action des Centres publics d’action sociale (CPAS) dans le cadre de la lutte contre la fracture numérique.