Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-8270

de Bert Anciaux (sp.a) du 20 février 2013

à la vice-première ministre et ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances

Sécurité à proximité du campus d'Anderlecht de la Erasmushogeschool

police
criminalité
lutte contre le crime

Chronologie

20/2/2013 Envoi question
15/4/2013 Réponse

Requalification de : demande d'explications 5-2864

Question n° 5-8270 du 20 février 2013 : (Question posée en néerlandais)

La direction de la Erasmushogeschool a pris contact avec moi à maintes reprises à propos de la situation d'(in)sécurité autour du campus du quai de l'Industrie. Peut-être la ministre est-elle au courant du problème car j'ai systématiquement informé le ministre de l'Intérieur de ces contacts. En février 2009, le ministre de l'époque, M. Guido De Padt, déclarait qu'il allait se pencher sur la sécurité aux alentours de la station Delacroix et procéder à une analyse globale de la situation.

Quatre ans plus tard et selon la Erasmushogeschool,il n'y a toujours pas d'amélioration structurelle. Les étudiants et la haute école sont toujours confrontés à la criminalité, aux dépôts clandestins et à toutes sortes d'infractions au code de la route.

En voici quelques exemples.

– Insécurité dans et autour de la station Delacroix (avec des agressions sur des étudiants et des membres du personnel, y compris avec usage de la violence physique) ;

– Insécurité sur le quai de l'Industrie (agressions, comportement sexiste et comportement irresponsable de conducteurs d'automobiles) ;

– Dégradation aux environs du quai de l'Industrie (dépôts clandestins, parking sauvage,...).

Selon la direction, dans ces lieux, il n'y a pas de contrôle particulier et efficace par la police ni par du personnel de surveillance.

Dans quelle mesure la ministre est-elle au courant de ce problème et dans quelle mesure le juge-t-elle important ? La ministre reconnaît-elle que ce type de situation contribue à l'image très négative – et surtout peu sûre – de notre capitale, où nous transformons ainsi des étudiants en ambassadeurs négatifs ?

L'étude, qui avait été commandée par le ministre De Padt en 2009, a-t-elle été réalisée ? Si oui, avec quels résultats ? Si non la ministre est-elle disposée à réétudier la question ?

Durant ces dernières années, la police fédérale a-t-elle pris des initiatives pour améliorer la sécurité dans ce quartier ? Si oui, la ministre peut-elle les expliquer ? Si non, la ministre est-elle prête à déployer de nouvelles initiatives ?

Réponse reçue le 15 avril 2013 :

Les problèmes rencontrés concernent principalement les nuisances et la criminalité dans et aux alentours de la station de métro Delacroix et d’excès de vitesse le long du Quai de l’Industrie renouvelé. 

Dans une lettre du 12 décembre 2012, le directeur de l’École supérieure Erasme a, d’ailleurs, sollicité une nouvelle concertation avec les autorités locales.  

Cette concertation (avec le directeur de l’école, la police locale, la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) et le service Anderlecht Propreté) a eu lieu à l’École Erasme le 14 janvier et les divers problèmes ont été discutés :