Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-8129

de Bert Anciaux (sp.a) du 14 février 2013

au ministre du Budget et de la Simplification administrative

Hélicoptères de la police - Entretien

hélicoptère
police
entretien
sécurité aérienne

Chronologie

14/2/2013 Envoi question
28/4/2014 Fin de la législature

Question n° 5-8129 du 14 février 2013 : (Question posée en néerlandais)

Le ministre des Finances, à qui j'avais adressé cette question (n° 5-7661) m'a renvoyé au ministre du Budget.

Le communiqué publié dans les médias a surpris : pour les Finances, le contrat d'entretien des hélicoptères de la police, pourtant importants, n'est pas une nécessité. Les Finances ont en effet rejeté une proposition de nouveau contrat d'entretien des instruments de bord. Le montant en jeu est de 135.000 euros par an pour une période de trois ans.

L'argumentation développée par les Finances semble formulée par des spécialistes du pilotage d'hélicoptères. Selon les Finances, les pilotes peuvent parfaitement piloter « à vue », des instruments de bord performants ne sont pas vraiment nécessaires et le pilotage à vue est le mode normal. Les services de police ont souligné qu'il était impossible de voler sans disposer d'instruments de bord fiables. Indépendamment du débat, le résultat est là : sans contrat d'entretien des instruments de bord, les hélicoptères de la police seront cloués au sol.

Le ministre comprendra que cette décision fait froncer les sourcils et pousser des soupirs mais sa réponse peut peut-être apporter un certain soulagement.

1. Le ministre confirme-t-il que les Finances refusent d'approuver la proposition de nouveau contrat d'entretien des instruments de bord, arguant entre autres que les pilotes d'hélicoptères n'auraient pas besoin de ces instruments et pourraient parfaitement voler « à vue » ? L'argument des Finances est-il valable et le pilotage « à vue » est-il réellement le mode normal de pilotage d'hélicoptères ? D'où les Finances ont-elles tiré cet argumentaire ?

2. Si les arguments des Finances sont réfutés, le ministre donnera-t-il encore son approbation ?