Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-8005

de Bert Anciaux (sp.a) du 4 février 2013

à la secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, à l'Intégration sociale et à la Lutte contre la pauvreté, adjointe à la ministre de la Justice

Demandeurs d'asile - Retours volontaires - Bus touristique - Suivi

migration illégale
asile politique
migration de retour
statistique officielle
demandeur d'asile

Chronologie

4/2/2013 Envoi question
4/6/2013 Réponse

Question n° 5-8005 du 4 février 2013 : (Question posée en néerlandais)

La secrétaire d'État est parvenue à augmenter fortement le nombre de retours volontaires de demandeurs d'asile. En 2012, il était question de 5 656 personnes, contre 3 558 en 2011, 2 957 en 2010 et environ 2 600 pour les années antérieures.

Les retours volontaires se font de plus en plus au moyen de bus touristiques (surtout pour les personnes issues des Balkans).

Je voudrais poser à ce sujet les questions suivantes :

1) Combien de personnes sont-elles retournées volontairement dans leur pays par bus ? Pourrais-je avoir une ventilation par année pour la période 2007-2012 ?

2) La secrétaire d'État est-elle convaincue qu'il s'agit, en l'occurrence, de retours durables ? Dispose-t-elle de chiffres relatifs aux personnes qui sont retournées volontairement par bus, mais qui sont ensuite revenues en Belgique ? S'enquiert-on d'une façon ou d'une autre du sort de ces personnes dans leur pays d'origine et de leurs éventuelles tentatives ultérieures d'émigration ?

Réponse reçue le 4 juin 2013 :

L’honorable membre trouvera ci-après la réponse à sa question.

Les demandeurs d’asile déboutés ou les personnes en situation illégale peuvent s’inscrire dans un trajet de retour volontaire.

Au total, 801 personnes sont reparties via ligne d’autocar que l’Office des Étrangers (OE) a spécifiquement organisé pour les pays des Balkans. Depuis juin 2012, c’est Fedasil qui organise le retour en ARYM, en Bosnie et en Serbie. 327 personnes sont ainsi retournées, dans ce cadre, volontairement dans leurs pays d’origine en 2012.

Le retour volontaire est la façon la plus humaine de rentrer dans son pays d’origine. Les personnes qui sont reparties volontairement peuvent revenir dans l’espace Schengen pour autant qu’elles remplissent toutes les conditions d’entré requises par la loi.

Le retour volontaire reste la façon la plus humaine de retour dans son pays d’origine.