Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-5868

de Bert Anciaux (sp.a) du 15 mars 2012

à la vice-première ministre et ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances

La mise en garde des touristes américains contre la forte insécurité des stations de métro et des gares bruxelloises

Région de Bruxelles-Capitale
sécurité publique
criminalité
gare ferroviaire
métro

Chronologie

15/3/2012 Envoi question
8/8/2012 Réponse

Requalification de : demande d'explications 5-1708

Question n° 5-5868 du 15 mars 2012 : (Question posée en néerlandais)

Les touristes américains qui se rendent en voyage en Europe reçoivent du Département d'État de leur pays une mise en garde contre la grande insécurité manifeste des stations de métro et gares bruxelloises. On raconte à ces touristes que les vols de sacs et d'appareils électroniques modernes, comme les ordinateurs portables, les lecteurs MP3, les Ipads, etc., sont légion. Le Département d'État stigmatise surtout la gare du Midi et ses liaisons internationales où des criminels spécialisés s'en prennent aux bagages. Il attire également particulièrement l'attention sur la présence de bandes qui circulent dans les gares et n'hésitent pas à user de violence. Pour le Département d'État américain, l'évolution de l'insécurité à Bruxelles est telle que la situation est plutôt comparable à ce que l'on observe à Bogota, Johannesbourg ou Dakar qu'à l'idée que l'on se fait de la capitale de l'Europe occidentale civilisée.

Dans plusieurs questions, j'ai déjà insisté pour que l'on se préoccupe en priorité de la sécurité dans les gares bruxelloises. Je reconnais que mon principal souci n'était pas le sort des touristes américains mais celui des nombreux concitoyens qui circulent chaque jour dans Bruxelles. Je ne me compte pas non plus au nombre des défaitistes et pessimistes invétérés qui se répandent en lamentations sur le délabrement de notre société. Mais les manifestations de plus en plus fréquentes de l'insécurité grandissante des transports en commun à Bruxelles requièrent la plus grande attention des autorités politiques.

Comment la ministre interprète-t-elle et évalue-t-elle les mises en garde - sur lesquelles il ne faut se méprendre - que le Département d'État des États-Unis adresse aux touristes américains contre la grande insécurité manifeste des stations de métro et gares bruxelloises ? Reconnaît-elle que l'on assiste à une aggravation inquiétante de l'insécurité ? Admet-elle que la surveillance des stations de métro et gares bruxelloises par les divers services de police concernés est largement insuffisante ? Partage-t-elle l'analyse présentée entre autres par le Département d'État américain qui considère que le niveau d'insécurité est tel que l'utilisation des transports en commun est à déconseiller ? Comment explique-t-elle cette évolution négative et indéniable ? Comment se fait-il que, malgré des nombreux signaux, les divers services de police se montrent tellement déficients ? Dans quelle mesure la ministre se sent-elle concernée et même responsable ? Quelles sont, selon la ministre, les raisons de cette dégradation ?

Comment la ministre pourra-t-elle à court terme s'acquitter correctement de cette mission prioritaire de sécurité ? Quand pourra-t-elle garantir à la population que les stations de métro et gares bruxelloises sont à nouveau tout à fait sûres ?

Réponse reçue le 8 aôut 2012 :

Dans les gares ferroviaires de Bruxelles, chaque année, depuis 2008, environ 1 200 infractions pénales sont établies. En comparaison, dans les gares d'Anvers il y a une moyenne de 1 100, à Gand 650. 

Les délits que la police ferroviaire fédérale constate le plus fréquemment dans le métro et sur le réseau ferroviaire bruxellois concernent le vol (69 %). En outre, on enregistre essentiellement des actes de violence (5 %), la drogue (3 %) le port d’armes illicite (1 %). 

Dans les stations de métro de Bruxelles et dans les rames de métro, 3 336 actes criminels ont été enregistrés en 2007. En 2008 et 2009, le nombre est tombé à 3 087 infractions et 2 796 respectivement.

En 2010, il y eut une recrudescence de l’ordre de 3 155 infractions enregistrées.

Les chiffres pour 2011 coïncident avec ceux de 2010. 

Les services de police consacrent une attention permanente à la délinquance dans les transports en commun.

La lutte contre la violence dans l'espace public, en particulier dans les transports en commun, a également été retenue comme une priorité dans le nouveau plan de sécurité national 2012 - 2015. 

Sur ma proposition, le Gouvernement a décidé d’engager, à partir de fin juin 2012, 30 policiers fédéraux supplémentaires et, à partir d’octobre 2012, 70 policiers supplémentaires (c'est-à-dire 100 nouveaux membres du personnel à partir de novembre 2012) pour renforcer la Police fédérale des chemins de fer à Bruxelles.

En attendant ce renfort, depuis le 13 avril 2012 les six zones de police de la Région Bruxelles-Capitale, la Police des chemins de fer et le Corps d’intervention mettent au total 70 policiers supplémentaires à disposition pour la sécurité des transports en commun à Bruxelles. 

De même, à partir de juin 2012, 50 policiers fédéraux seront recrutés pour le Corps d’Intervention à Bruxelles, qui pourront être engagés à partir de juin 2013. 

Finalement, 250 nouveaux policiers seront recrutés pour les zones de police bruxelloises pour la sécurité dans les transports en commun.