Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-5171

de Bert Anciaux (sp.a) du 12 janvier 2012

à la vice-première ministre et ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances

Automobiles - Protection contre le vol - Évolutions

automobile
vol

Chronologie

12/1/2012 Envoi question
20/3/2012 Réponse

Question n° 5-5171 du 12 janvier 2012 : (Question posée en néerlandais)

Paradoxalement, mieux les voitures modernes sont protégées contre le vol grâce à des systèmes électroniques traduisant une inventivité croissante, plus il est aisé aux voleurs bien équipés de s'en emparer. Manifestement, des appareils maniables permettant de déjouer les systèmes de protection et de démarrer le moteur sont largement distribués, entre autres sur internet. La police confirme cette évolution et s'avoue largement impuissante. À une époque où l'informatique est fortement développée, les conseils donnés paraissent presque anachroniques : il faut en revenir à la canne antivol, qui bloque le volant, ou au sabot de Denver, qui immobilise une roue du véhicule, afin de placer les voleurs face à des défis physiques et peut-être leur ôter l'envie de dérober le véhicule.

Voici mes questions à ce sujet.

1) Manifestement, les spécialistes sont maintenant capables de neutraliser eux-mêmes simplement les systèmes de protection électroniques les plus sophistiqués des véhicules et le vol d'une voiture devient chose aisée. La ministre confirme-t-elle cette évolution ?

2) Comment peut-elle renverser cette évolution préoccupante ? De quels instruments efficaces dispose-t-elle à cette fin ? Ou bien est-elle impuissante et entérine-t-elle les conseils quelque peu anachroniques donnés par la police qui recommande l'utilisation de cannes antivol et de sabots de Denver ?

3) Le problème a-t-il déjà été discuté avec l'industrie automobile ? Des solutions seront-elles développées à terme ?

Réponse reçue le 20 mars 2012 :

L'honorable membre trouvera ci-dessous réponse à ses questions.

1. Les évolutions technologiques, dont l’essor fut très important ces dernières années, ont eu une influence positive sur notre vie quotidienne. Toutefois, il existe toujours, incontestablement, des personnes qui se servent du progrès pour évoluer d’une manière non conforme aux pratiques en cours dans la société. En tant qu’autorité, nous avons pour mission d’armer le mieux possible la société contre de tels abus. Cependant, il est impossible de les exclure totalement.

2. En ce qui concerne la sécurisation des objets, nous avons toujours suivi le point de vue selon lequel nous commençons toujours par l’adoption de bons comportements, ensuite des mesures mécaniques (par exemple, la fermeture d’une voiture). Si nous souhaitons encore accroître la sécurisation, nous passons à l’adoption de mesures électroniques, comme l’installation d’un système d’alarme. L’ordre de ces mesures est très important. La Plate-forme nationale criminalité automobile (PNA) rassemble régulièrement tous les partenaires importants pour suivre les évolutions actuelles en matière de criminalité automobile et prendre, si nécessaire, des mesures. Ce sujet pourra également être abordé dans ce cadre durant la prochaine réunion.

3. La Police fédérale entretient régulièrement des contacts avec l’industrie automobile dans le cadre de la prévention de la criminalité automobile. Ainsi, la sécurisation électronique des voitures a également déjà été évoquée. Par le règlement 1400/2002 de l’Union européenne, qui prévoit que la technologie en matière d’affichage et de diagnostic doit être également disponible pour le secteur de la réparation non tenu par des obligations, la ce dernier ne peut toutefois pas prendre immédiatement de mesures à cette fin.