Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-4936

de Bert Anciaux (sp.a) du 28 décembre 2011

au ministre de la Défense

Armée belge - Rajeunissement - Engagement volontaire militaire (EVMI) - Recrutement - Évaluation - Projets

armée
personnel militaire
recrutement

Chronologie

28/12/2011 Envoi question
24/1/2012 Réponse

Réintroduction de : question écrite 5-3614

Question n° 5-4936 du 28 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Le ministre de la Défense souhaite une armée belge plus petite et plus jeune. Les effectifs de l'armée ont incontestablement déjà diminué mais le rajeunissement s'avère plus difficile à réaliser. C'est pourquoi le ministre a lancé un nouveau canal de recrutement, à savoir l’engagement volontaire militaire (EVMI). Sur les 155 places prévues, il apparaît aujourd'hui que seuls six volontaires ont réellement embrassé la carrière militaire.

Voici mes questions à ce sujet.

1) Le ministre ose-il qualifier son projet EVMI d'échec ?

2) Comment évalue-t-il cette méthode de recrutement sur le fond ?

3) Combien l'EVMI a-t-il coûté jusqu'à présent, tous frais compris ?

4) Le ministre juge-t-il pertinent de conserver ce système, vu son manque flagrant d'efficacité ? Ou bien envisage-t-il d'y apporter des corrections pour en renforcer l'efficacité ? Dans l'affirmative, de quelles corrections s'agit-il, quand compte-t-il les mettre en œuvre et quel en sera le coût ?

Réponse reçue le 24 janvier 2012 :

L'honorable membre est prié de trouver ci-après la réponse à ses questions. 

1. Une première évaluation de la mesure engagement volontaire militaire (EVMI) permet d’établir un bilan relativement positif, d’autant plus que les résultats doivent être vus par catégorie de personnel. Il faut tenir compte du fait que la mesure est nouvelle et qu’elle manifeste encore des maladies de jeunesse. De plus, une exploitation statistique correcte des données pertinentes ne pourra être possible qu’à plus long terme.

2. Ce moyen de recrutement supplémentaire est évidemment soumis aux difficultés et aux contraintes classiques liées au recrutement au sein de la Défense. Dans certains cas, il y a concurrence entre les différentes possibilités d’engagement, ce qui nécessite de considérer l’efficacité du recrutement dans sa globalité. Concrètement, les leçons dans tous les domaines fonctionnels concernés sont identifiées en détail et déjà traduites dans des adaptations et des recommandations pour les sessions suivantes.

3. À la date du 31 octobre 2011, le coût de la mesure EVMI sur la période 2010-2011 est d’environ 173 000 euros.

4. Rien ne permet de conclure actuellement que la mesure EVMI est un échec et le système est donc maintenu. De plus, dans le cadre de l’introduction d’une carrière de type court, le statut de l’EVMI sera optimisé.