Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-4642

de Bert Anciaux (sp.a) du 28 décembre 2011

à la ministre de la Justice

Etablissements pénitentiaires - Détenus - Niveau d'alphabétisation

établissement pénitentiaire
détenu
alphabétisation

Chronologie

28/12/2011 Envoi question
13/3/2012 Réponse

Réintroduction de : question écrite 5-2070

Question n° 5-4642 du 28 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Une politique de détention éthique et appropriée prépare les détenus à une réinsertion réussie dans la société. Le temps passé en prison en offre de multiples occasions, certainement en matière de formation et d'enseignement.

J'aimerais obtenir une réponse aux questions suivantes :

1) Quel est le niveau d'alphabétisation de l'ensemble de la population carcérale (en chiffres absolus et relatifs) ? Comment ce niveau a-t-il évolué chaque année dans la période de 2001 à 2010 ?

2) Existe-t-il des formations spécifiques qui permettent aux détenus d'apprendre à lire et à écrire ? Dans l'affirmative, combien de détenus ont-ils suivi une formation similaire dans les années 2006, 2007, 2008, 2009 et 2010 ? Y a-t-il de grandes différences entre les prisons ? Comment le ministre explique-t-il et juge-t-il ces chiffres et évolutions ?

3) Tous les détenus peuvent-ils entamer une formation " lire et écrire " s'ils le souhaitent ? Y a-t-il un libre choix ? Y a-t-il des listes d'attente et quelle est leur longueur ?

4) À combien s'élève le budget annuel total affecté à ce programme ?

Réponse reçue le 13 mars 2012 :

1. à 4. L'enseignement est une matière communautaire et ne relève donc pas de la compétence du Service public fédéral (SPF) Justice.

Par conséquent, le SPF Justice ne tient pas systématiquement à jour des chiffres sur le niveau d'alphabétisation, sur le nombre de détenus qui ont suivi un cours d'alphabétisation ou sur le budget total alloué à ces formations.

Des cours d'alphabétisation sont organisés dans différents établissements pénitentiaires. Ils sont souvent organisés (individuellement) à la demande de détenus qui ne maîtrisent pas ou pas suffisamment la lecture, l'orthographe et l'écriture.