Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-407

de Bert Anciaux (sp.a) du 24 novembre 2010

au secrétaire d'État à la Mobilité, adjoint au Premier Ministre

Doubles feux-antibrouillard arrière - Confusion avec les feux stop - Sécurité

automobile
dispositif de signalisation
sécurité routière

Chronologie

24/11/2010 Envoi question
10/1/2011 Réponse

Question n° 5-407 du 24 novembre 2010 : (Question posée en néerlandais)

Les feux-antibrouillard arrière donnent souvent lieu à des controverses entre fervents partisans et adversaires rabiques.

Dans ce cadre, je m'interroge sur la forte augmentation de l'utilisation des doubles feux-antibrouillard arrière. Lorsqu'ils sont utilisés, ces feux peuvent être confondus avec les feux stop. Cela peut non seulement prêter à confusion mais également donner lieu à de graves réactions de panique de la part des conducteurs qui suivent les véhicules en question. L'utilisation des doubles feux antibrouillard constitue donc un danger potentiel.

C'est pourquoi je souhaite poser au secrétaire d'État les questions suivantes:

1) Estime-t-il comme moi que l'utilisation des doubles feux-antibrouillard arrière peut prêter à confusion ?

2) Qu'en est-il de l'actuelle réglementation en ce qui concerne les doubles feux-antibrouillard arrière ? Si l'utilisation de ces feux est permise par la loi, sur quelle argumentation cela repose-t-il ?

3) Le secrétaire d'État envisage-t-il d'élaborer une réglementation uniforme et claire qui impose et autorise exclusivement l'utilisation d'un seul feu antibrouillard arrière du côté gauche de la voiture ? Dans l'affirmative, compte-t-il adapter la législation en ce sens ? Dans la négative, peut-il motiver sa réponse ?

Réponse reçue le 10 janvier 2011 :

J'ai l'honneur de répondre à l'honorable membre ce qui suit:

Le débat au sujet du placement d’un ou de deux feux rouges de brouillard arrière a déjà été lancé dans les années 70 dans le cadre du groupe de travail technique « éclairage » de la commission économique pour l'Europe à Genève.

Les partisans de deux feux rouges de brouillard arrière ont mis, entre autres l'accent, sur la possibilité d’une meilleure visibilité d’un véhicule à quatre roues et d’une meilleure détermination de la distance pour les conducteurs qui suivent. Les opposants pointaient effectivement la confusion possible avec les feux de stop. Il a finalement été décidé d'admettre aussi bien le feu de brouillard arrière double que simple.