Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-3815

de Bert Anciaux (sp.a) du 28 novembre 2011

à la ministre de l'Intérieur

Escrocs - Uniformes et uniformes factices - Victimes - Nombre croissant - Carte de légitimation

délit économique
usurpation d'identité
vol
police
vêtement
police locale
fraude

Chronologie

28/11/2011 Envoi question
7/12/2011 Dossier clôturé

Réintroduite comme : question écrite 5-4863

Question n° 5-3815 du 28 novembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Les chiffres de la police fédérale sautent aux yeux : en 2009, de faux agents avaient été impliqués dans 286 cas (avérés); ce nombre s'est élevé à 549 en 2010 et on en compte d'ores et déjà 262 cette année. La police précise qu'il s'agit surtout de malfaiteurs s'exprimant en français qui s'en prennent principalement aux personnes âgées ou isolées.

Une enquête révèle que, vu la grande diversité des uniformes et des cartes de légitimation, quasiment n'importe quel porteur d'uniforme est reconnu comme un représentant des autorités. La variété des « uniformes » de police semble en tout cas inépuisable: pulls, T-shirts, casquettes, bonnets etc.

Voici mes questions :

1) Comment la ministre évalue-t-elle l'augmentation du nombre de cas où des escrocs ou des voleurs se présentent vêtus d'uniformes factices, souvent de police, en général de représentants des autorités ?

2) Admet-elle qu'il est presque impossible, en raison de la profusion d'uniformes, de distinguer de visu les vrais des faux, en particulier ceux de la police car on y rencontre des tenues des plus diverses ?

4) De quels moyens, méthodes, instruments, plans, ...dispose-t-elle pour trouver une solution à ce problème ? Envisage-t-elle d'introduire une carte générale de légitimation ou un document similaire pour limiter autant que possible la confusion et la fraude ? Les technologies modernes de l'information et de la communication n'ouvrent-elles pas de nouvelles perspectives ?