Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-3381

de Bert Anciaux (sp.a) du 17 octobre 2011

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de l'Intégration sociale

Danemark - Taxe sur la graisse - Produits alimentaires - Excès de poids - Obésité - Pertinence - Étude

Danemark
impôt sur la consommation
graisse alimentaire
maladie de la nutrition
taxe sur les matières grasses

Chronologie

17/10/2011 Envoi question
7/12/2011 Dossier clôturé

Réintroduite comme : question écrite 5-4556

Question n° 5-3381 du 17 octobre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Dernièrement, les médias ont publié diverses réactions suscitées par l'instauration d'une taxe sur la graisse au Danemark. Plusieurs attitudes sont possibles entre un assentiment convaincu et une opposition très hésitante. Il va sans dire que de nombreux Belges souffrent d'un excès de poids, que l'obésité et tous les symptômes qu'elle entraîne menacent la santé de beaucoup de nos concitoyens et font exploser les dépenses de l'assurance maladie.

Cela m'amène à poser les questions suivantes.

1) Selon la ministre, l'instauration éventuelle d'une taxe sur les produits alimentaires mauvais pour la santé, par exemple, ceux qui ont une trop forte teneur en sucre et en graisse, est-elle défendable et constitue-t-elle un fondement important d'une politique en la matière ? Cette taxe produirait-elle les effets escomptés, à savoir une diminution de la consommation de produits alimentaires mauvais pour la santé et, en corollaire, une baisse du prix des produits alimentaires sains ? Bref, croit-elle à la plus-value scientifique, sociétale et économique d'une forme de taxe sur la graisse (taxe similaire ou mesures dérivées) ? Dispose-t-elle d'études scientifiques récentes à ce sujet ?

2) La ministre envisage-t-elle de prendre des mesures en ce sens ou a-t-elle chargé/charge-t-elle son administration, ses organes consultatifs et ses établissements de recherche de procéder à des études préparatoires ou exploratoires dans ce domaine ? Dans l'affirmative, quelle mission a-t-elle confiée, à qui et pour quelle date ?