Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-10445

de Bert Anciaux (sp.a) du 22 novembre 2013

au vice-premier ministre et ministre de la Défense

Défense - Voiture de service - Achat - Espace - Plaintes

armée
automobile

Chronologie

22/11/2013 Envoi question
2/1/2014 Réponse

Question n° 5-10445 du 22 novembre 2013 : (Question posée en néerlandais)

En 2011, la Défense a utilisé 2 525 voitures de service... un ombre non négligeable qui montre combien est important le transport des officiers de l'armée. Honni soit qui mal y pense.

Et pourtant, les médias ont annoncé récemment que l'achat de nouvelles voitures très chic, de marque Opel Insignia, causait un gros problème. Lors de la sélection des généraux de l'armée belge, le critère de la taille a manifestement été pris en considération (les psychologues reconnaissent en effet la corrélation entre la taille du corps et le respect immédiat qu'elle inspire – ce qui explique probablement en grande partie que l'on mette à la tête de l'armée des personnes aussi grandes que possible), car il semble à présent que les généraux, surtout de grande taille, disposent d'un espace insuffisant pour s'installer confortablement sur la banquette arrière. Ce serait une source de problème. D'aucuns songent avec mélancolie aux véhicules achetés précédemment, essentiellement de fabrication française, qui répondaient amplement à ce type de confort.

D'où les questions suivantes.

1) Le vice-premier ministre confirme-t-il les rumeurs selon lesquelles des généraux de l'armée belge se plaignent des nouvelles voitures de service achetées, de type Opel Insignia, qui offriraient un espace insuffisant pour leur permettre de se déployer entièrement et confortablement sur la banquette arrière ?

2) Dans l'affirmative, dans quelle mesure le ministre en tiendra-t-il compte ? Ces voitures seront-elles plutôt attribuées à des officiers de rang inférieur qui sont (peut-être) de plus petite taille et pour lesquels un confort moins grand (au propre comme au figuré) est jugé nécessaire ?

3) Dans la négative, comment explique-t-il cette rumeur et peut-il formellement en démentir le fondement ?

4) Dans une Opel Insignia, la place assise à côté du conducteur, donc à l'avant, offre-t-elle également trop peu d'espace pour les jambes ou le problème ne pourrait-il être résolu par ce biais ? Ou la Défense n'autorise-t-elle pas les généraux à prendre place à l'avant dans leur véhicule de service ?

Réponse reçue le 2 janvier 2014 :

L'honorable membre est prié de trouver ci-après la réponse à ses questions.

Je renvoie l’honorable membre à ma réponse à la question parlementaire N° 20911 de Mme la Députée Annick PONTHIER traitée à la commission du 4 décembre 2013. (CRABV 53COM877).