Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-6492

de Anke Van dermeersch (Vlaams Belang) du 15 janvier 2010

au vice-premier ministre et ministre des Finances et des Réformes institutionnelles

Fraude fiscale - Constructions " Delaware " et " Limited " - Approche - Résultats

fraude fiscale
TVA

Chronologie

15/1/2010 Envoi question (Fin du délai de réponse: 18/2/2010 )
6/5/2010 Fin de la législature

Aussi posée à : question écrite 4-6493

Question n° 4-6492 du 15 janvier 2010 : (Question posée en néerlandais)

Le Delaware, État des États-Unis, est réputé être un paradis fiscal en raison des avantages octroyés en matière de droit des sociétés et de fiscalité. Le Delaware abrite quantité de sociétés « offshore » qui n’y paient aucun impôt sur les bénéfices et n’ont aucune obligation comptable.

La Private Limited Company est un type de société de droit anglais qui s’apparente à une SPRL mais avec beaucoup moins de contraintes légales : pas de capital minimum ni de libération de capital exigé, pas de responsabilité des fondateurs, pas de plan financier obligatoire. De plus, la procédure de constitution est très simple et très courte.

Les fraudeurs à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sont donc friands des constructions du type « Delaware » et « Limited » .

Le plan 2008-2009 de lutte contre la fraude fiscale a donc prêté attention - entres autres - à la lutte contre ces deux constructions.

1. Combien de constructions « Delaware » et « Limited » a-t-on découvertes à cette occasion ?

2. Dans combien de cas cela a-t-il mené à un procès ? Combien de condamnations en sont-elles résultées ?

3. Quels montants ont pu être encaissés à la suite du démantèlement de ces constructions ?