Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-5974

de Yves Buysse (Vlaams Belang) du 7 décembre 2009

à la ministre de l'Intérieur

"Police-on-web" - Nombre de plaintes - Extension - Facilités supplémentaires - Calendrier

police
administration électronique
infraction
statistique officielle

Chronologie

7/12/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 8/1/2010 )
26/1/2010 Réponse

Réintroduction de : question écrite 4-4053

Question n° 4-5974 du 7 décembre 2009 : (Question posée en néerlandais)

Le ministre peut-il me communiquer le nombre de plaintes reçues, durant le premier semestre de 2009, par le biais du système de déclaration électronique de la police « Police-on-web ». Combien de demandes de surveillance d'une habitation ont-elles été reçues durant la même période, à savoir les six premiers mois de 2009 ?

En 2008, dans une réaction aux chiffres de Police-on-web, votre prédécesseur a indiqué qu'il voulait encore étendre les possibilités du système. Que devons-nous en penser ? Qui s'occupe de ces facilités supplémentaires et quel est le calendrier ?

Réponse reçue le 26 janvier 2010 :

L’honorable membre trouvera ci-dessous réponse à ses questions.

Au cours du premier semestre 2009, 1 335 plaintes et 965 « avis d'absence » ont été reçus.

Après évaluation du système, il s’avère que celui-ci représente une plateforme de communication ouverte, sécurisée et stable entre le citoyen et les services de police et qu’aucune adaptation n’est nécessaire à court ni à moyen terme, excepté la mise au point du canal de communication entre le citoyen et le policier et l’intégration des informations en provenance des citoyens au niveau des applications opérationnelles policières.

Ces développements sont à réaliser en collaboration avec le Service public fédéral Technologie de l'information et de la communication (FEDICT). Il n’est pas possible d’avancer un timing concret à l’heure actuelle.

En outre, le système actuel pourrait évoluer en l’étendant à d’autres d’infractions, mais cette option dépend des avis du Collège des Procureurs généraux.