Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-5697

de Yves Buysse (Vlaams Belang) du 7 décembre 2009

au ministre de la Justice

Prisons - Sections de haute sécurité - Nombre de détenus

établissement pénitentiaire
régime pénitentiaire
détenu

Chronologie

7/12/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 8/1/2010 )
5/1/2010 Réponse

Réintroduction de : question écrite 4-4645

Question n° 4-5697 du 7 décembre 2009 : (Question posée en néerlandais)

Selon mes informations, il existe actuellement deux centres pénitentiaires possédant une section de haute sécurité (ou de sécurité renforcée).

Le ministre pourrait-il m'indiquer le nombre des personnes placées jusqu'à présent dans ces sections spéciales ? J'aimerais obtenir une ventilation par centre pénitentaire.

Le ministre estime-t-il que la capacité actuelle est suffisante ou que les sections existantes devraient être agrandies ou que des sections supplémentaires devraient être créées dans d'autres centres pénitentiaires?

Réponse reçue le 5 janvier 2010 :

À Bruges, vingt-et-un placements ont eu lieu jusqu’à présent dans la section de mesures de sécurité particulières individuelles. Deux détenus y ont été placés à deux reprises. Au total, deix-neuf détenus ont donc séjourné dans cette section.

À Lantin, vingt-trois détenus ont séjourné dans la section en question à ce jour.

Il est souhaitable que le nombre de cellules augmente dans les sections de mesures de sécurité particulières individuelles.

En effet, en cas d’incident occasionnant des dégâts, il apparaît rapidement que le nombre de cellules est insuffisant. À Lantin, davantage d’espaces communs devraient également être aménagés afin de permettre l’organisation d’activités dans un cadre approprié.

Les prisons sont de plus en plus confrontées à un nombre croissant de détenus présentant un ou plusieurs troubles psychiatriques. Cette catégorie de détenus exerce une lourde pression sur le climat social dans les prisons. Au lieu d’investir dans de nouvelles sections de sécurité, il me paraît plus souhaitable de créer au sein des prisons une ou plusieurs sections de soins où ces détenus pourront recevoir les thérapies nécessaires dans un cadre adapté.