Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-1992

de Marleen Temmerman (sp.a+Vl.Pro) du 17 novembre 2008

au ministre de la Coopération au développement

Fonds global de lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria - Contribution de la Belgique pour 2008 à 2011 - Ambassadeur chargé de la lutte contre le sida - Désignation - Définition de la fonction

Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme
programmes et fonds de l'ONU
sida
maladie infectieuse
aide au développement
réunion au sommet
profession diplomatique

Chronologie

17/11/2008 Envoi question (Fin du délai de réponse: 18/12/2008 )
19/12/2008 Réponse

Requalification de : demande d'explications 4-505

Question n° 4-1992 du 17 novembre 2008 : (Question posée en néerlandais)

Lundi, j’étais présente au Palais d’Egmont à la conférence internationale de haut niveau « Santé mondiale et développement : Les parlementaires s’engagent pour le futur », co-organisée par le Fonds global de lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria, le Forum parlementaire européen pour la population et le développement et notre groupe parlementaire pour les objectifs du millénaire. Des parlementaires des pays donateurs européens, des représentants des agences et instituts européens et internationaux, des représentants des principaux nouveaux systèmes de financement et des experts en santé et en développement venant d’organisations de la société civile y ont pris la parole.

Lors de cette conférence, le président du Fonds global de lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria a dit que la Belgique n’a pas respecté ses promesses de financement du Fonds. Cela m’inquiète, étant donné que je vous avais déjà interrogé à ce sujet ( Question orale n° 4-351, Annales 4-34, page 28) Vous aviez alors répondu que l'estimation du montant pour le Fonds global pour les années 2008-2011, dans le budget 2008, avait été ramenée de 78 à 52 millions d'euros. Mais vous nous assuriez que la contribution au Fonds global serait relevée de sorte que, durant la période 2008-2011, au total 76 millions d’euros seraient libérés. La planification du travail d’organismes comme le Fonds global est gravement mise en difficulté lorsque les donateurs revoient fortement à la baisse leur contribution.

Toujours lors de ce congrès, on a fait référence au fait que la Belgique n’avait pas encore désigné un ambassadeur chargé de la lutte contre le sida. Dans ma question du 12 juin 2008, j’avais déjà souligné ce point. Votre réponse fut que vous n’aviez pas encore procédé à cette désignation parce que vous vouliez réfléchir davantage sur la définition précise des missions et à l'optimisation de cette fonction . Plus de quatre mois plus tard, il est plus que jamais nécessaire d’avoir un tel ambassadeur belge. Dans le monde, chaque jour 7 700 personnes sont contaminées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et 5 500 meurent du syndrome d’immunodéficience acquise (sida).

Concrètement, je souhaite que le ministre réponde aux questions suivantes :

Quel est le budget octroyé par la Belgique au Fonds global de lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria en 2008 ?

Avez-vous œuvré, lors des négociations sur le budget, en faveur du relèvement de la contribution au Fonds global dans les années à venir de sorte que pour la période 2008-2011 on lui consacre effectivement 76 millions d’euros ? Combien le Fonds recevra-t-il effectivement en 2009 ?

Quand avez-vous l’intention de désigner l’ambassadeur chargé de la lutte contre le sida ?

En quoi consistera la fonction du nouvel ambassadeur chargé de la lutte contre le sida ? Quelles sont les modifications spécifiques que vous avez apportées à la description de la fonction ?

Réponse reçue le 19 décembre 2008 :

  1. En 2008, la contribution de la Coopération belge au Fonds Mondial de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme s’est élevée à 12,4 millions d’euros. Cette contribution a été en constante augmentation depuis 2005, à l’image de la part de l’aide publique au développement consacrée à la santé, d’une manière générale, et à la lutte contre le SIDA, de façon plus spécifique.

  2. L’objectif des 78 millions d’euros sur la période 2008-2011, énoncé à Berlin en 2007, traduisait l’ambition d’augmenter sensiblement les moyens affectés à la lutte contre le SIDA les prochaines années. En lien avec cet engagement, la contribution belge pour l’année 2009 sera revue à la hausse. L’atteinte de l’objectif des 78 millions d’euros dépendra bien sûr des moyens disponibles sur les budgets 2010 et 2011.

  3. Concernant votre troisième question, il est vrai que la Belgique ne dispose plus pour l’instant d’un Ambassadeur SIDA. Je n’exclus toutefois pas la possibilité de nommer une personne qui serait chargée de coordonner la réponse de la Belgique en matière de lutte contre les maladies transmissibles et serait amenée à prendre part aux différentes réflexions menées sur la lutte contre ces maladies. La fonction de cette personne ne se limiterait donc pas exclusivement à la lutte contre le SIDA.

  4. Dans la mesure où cette option serait retenue, il conviendra de veiller à assurer un minimum de cohérence entre les tâches confiées à cette personne et celles d’autres responsables en charge de ces matières au niveau belge.

Contribution belge au Fonds Mondial 2001 – 2008 (X 1000 euro)


2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008










Contribution envisagée

5 950

5 950

5 950

5 050

5 050

8 050

12 050

12 400

Contribution exceptionnelle




3 358





Contribution effective

5 950

5 950

0

14 358

5 050

8 050

12 050

12 400