Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-1746

de Marleen Temmerman (sp.a+Vl.Pro) du 3 octobre 2008

au ministre de la Défense

Armée belge - Liban - Stratégie de sortie

armée
force à l'étranger
Conseil de sécurité ONU
résolution ONU
Liban
arme conventionnelle
Israël
guerre

Chronologie

3/10/2008 Envoi question (Fin du délai de réponse: 6/11/2008 )
8/11/2008 Réponse

Question n° 4-1746 du 3 octobre 2008 : (Question posée en néerlandais)

À la suite du dernier conflit entre Israël et le Liban, le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé la résolution 1701, ce qui a notamment eu pour conséquence une augmentation des forces militaires. Le gouvernement belge a décidé de s'engager dans ce cadre et a approuvé le déploiement de troupes belges. Celles-ci serait chargée de l'exécution de plusieurs missions, notamment le déminage humanitaire, la neutralisation d'explosifs, des travaux en faveur de la mobilité, l'amélioration de l'infrastructure et de la reconstruction et, enfin, une capacité médicale en faveur des troupes UNIFIL et de la population locale.

En raison de l'attitude des militaires belges, nos troupes sont appréciées par la population locale qui perçoit ces missions comme étant positives. La population locale a toutefois déjà vécu l'expérience du départ soudain de troupes UNIFIL et de l'insécurité qui en résulte. Pendant la mission BELUFIL V (qui s'est terminée en juin 2008), un Key Message avait été diffusé dans la population. Ce message précisait qu'en cas de départ des troupes belges, la population en serait informée préalablement et qu'un délai raisonnable serait respecté.

Il existe aussi une incertitude pour les militaire de BELUFILVII qui partiront début octobre mais n'ont pas encore de certitude concernant leur retour. Le 6 juin 2008, le conseil des ministre a approuvé une prolongation de la mission BELUFIL jusqu'au 31 décembre 2008. Il déciderait ultérieurement de la participation après le 31 décembre 2008, compte tenu des délais observés par les Nations unies. Toutefois, les délais pour prendre cette décision raccourcissent, au point que l'on se trouvera à un moment devant le fait accompli et que nous quitterons à nouveau l'opération UNIFIL sans avertissement.

Je souhaite une réponse aux questions suivantes.

Quels sont les délais observés par les Nations unies pour le départ de nos forces militaires?

Comment le ministre envisage-t-il la stratégie de départ des troupes belges? Le nombre diminuera-t-il constamment?

Quand les troupes belges quitteront-elles le Liban? Quand les militaires en seront-ils informés officiellement?

Réponse reçue le 8 novembre 2008 :

Je prie l'honorable membre de trouver ci-après la réponse à ses questions.

  1. Le préavis d'usage au sein de l'Organisation des Nations unies pour la communication des décisions nationales concernant le retrait de contingents armés est de quatre à six mois.

  2. Je proposerai au Conseil des ministres, conformément à l'accord obtenu au sein du Comité ministériel restreint du 3 novembre 2008, de poursuivre la participation belge à. la mission UNIFIL (United Nations Interim Forces in Lebanon), dans la configuration actuelle jusque fin février 2009 . À partir de cette date, la Belgique maintiendrait une capacité de déminage avec l'appui logistique, la force de protection et le commandement proportionnels. En outre, la Belgique participerait avec une frégate à. la Maritime Task Force (MTF) de fUNIFIL avec éventuellement la reprise du commandement de la MTF. La Défense participera également au projet de réhabilitation de l'hôpital civil de Tibnine et appuiera les Forces armées libanaises, entre autres par la formation de personnel.

  3. Dès que le Conseil des ministres aura pris une décision dans ce domaine, la communauté militaire sera informée des modalités d'exécution