Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 6-398

de Bert Anciaux (sp.a) du 16 janvier 2015

au ministre de la Justice

Lutte contre la radicalisation de certains jeunes - Collaboration avec les Communautés

relation État-région
musulman
terrorisme
intégrisme religieux
intégration des migrants
malaise de la jeunesse
violence des jeunes
extrémisme
islam
établissement pénitentiaire
radicalisation

Chronologie

16/1/2015 Envoi question (Fin du délai de réponse: 19/2/2015 )
22/9/2015 Réponse

Question n° 6-398 du 16 janvier 2015 : (Question posée en néerlandais)

À la suite des attentats de Paris et de l'opération de sécurité menée à Verviers, la menace d'attentats terroristes n'en est que plus grande.

Une grande partie de la population rejette erronément la responsabilité de ces attentats et de la menace sur la communauté musulmane de notre pays.

Les Communautés sont compétentes pour la politique d'intégration. Il me semble essentiel que des représentants des organisations de jeunesse et de la communauté musulmane soient impliqués dans la lutte contre l'extrémisme. Une concertation avec les Communautés est par conséquent urgente et nécessaire.

Le ministre de la Justice est à juste titre étroitement associé à l'élaboration et à l'exécution des actions en matière de lutte contre le radicalisme dans les prisons et aussi, de manière générale, dans la société.

1) Le ministre a-t-il déjà eu un contact avec les représentants des Communautés pour élaborer avec elles un plan d'action en matière de la lutte contre le radicalisme?. Dans l'affirmative, quand cette concertation a-t-elle eu lieu et qui y a participé?

2) Le ministre a-t-il déjà eu un contact avec des représentants de l'Exécutif des musulmans dans le cadre de l'élaboration d'un plan d'action en matière de lutte contre l'extrémisme? Dans l'affirmative, avec qui, et quand cette concertation a-t-elle eu lieu?

3) Le ministre a-t-il déjà pris contact avec des représentants de l'Union des mosquées dans le cadre de l'élaboration d'un plan d'action en matière de lutte contre l'extrémisme? Dans l'affirmative, avec qui a-t-il eu un contact et quand cette concertation a-t-elle eu lieu?

4) Le ministre a-t-il déjà eu, en concertation avec les responsables politiques des Communautés (intégration, enseignement, culture, jeunesse et bien-être), un contact avec les nombreuses organisations locales et supralocales d'entraide, basées sur l'identité ethnique et culturelle, afin de profiter de leurs connaissances et de les associer à l'élaboration d'un plan d'action contre la radicalisation? Dans l'affirmative, avec qui et quand? Quels responsables politiques des Communautés y a-t-il associés?

5) Le ministre a annoncé qu'il collaborerait étroitement avec les conseillers musulmans dans les prisons. Des mesures concrètes ont-elles déjà été prises à ce sujet? Des entretiens ont-ils déjà eu lieu à ce sujet? Dans l'affirmative, avec qui et quand?

Réponse reçue le 22 septembre 2015 :

1) et 4) Le ministre de la Justice entretient des contacts réguliers avec les représentants des Communautés concernant la radicalisation. Il y a ainsi des contacts bilatéraux soutenus avec le ministre flamand du Bien-être, de la Santé publique et de la Famille, notamment sur la circulation des informations entre les services de police et de sécurité et les assistants de justice, ainsi que sur la formation d'assistants de justice sur cette problématique. On est également attentif à la collaboration entre les acteurs de l'aide à la jeunesse et de la protection de la jeunesse, d'une part, et les services de police et de sécurité, d'autre part. Il y a par ailleurs une concertation avec la ministre flamande de l'Enseignement dans le cadre du développement d'un contre-discours antiradicalisme dans l'enseignement.

Les contacts nécessaires sont établis avec les représentants des différents départements actifs dans l'administration pénitentiaire et ce, plus particulièrement dans le cadre du plan d'action contre la radicalisation dans les prisons.

Outre ces contacts bilatéraux, le ministre collabore étroitement avec ses collègues des Communautés dans le cadre de la note-cadre de sécurité intégrale, où la radicalisation et le terrorisme sont également examinés. Enfin, il y a les entretiens organisés dans le cadre du comité de concertation et de la plateforme radicalisation qui a été créée en son sein.

2) En tant que représentant officiel de la communauté musulmane de Belgique, l'Exécutif des Musulmans de Belgique a bien entendu été consulté au préalable par le ministre dans le cadre du plan d'action de lutte contre le radicalisme dans les prisons. Outre le bureau de l'Exécutif, composé du président et de deux vice-présidents, le ministre a reçu à plusieurs reprises l'avis de M. Tujgani, président du conseil des théologiens de l'Exécutif.

3) Il n'y a pas eu de contacts officiels avec l'Union des mosquées au niveau ministériel.

5) Le ministre s'est concerté à plusieurs reprises avec les principaux conseillers islamiques francophone et néerlandophone. Le ministre s'est également largement entretenu avec le conseiller islamique à la prison de Lantin. Outre un remplissage du cadre de conseillers existant, neuf conseillers islamiques supplémentaires seront désignés.