Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 6-389

de Bert Anciaux (sp.a) du 15 janvier 2015

au vice-premier ministre et ministre de l'Emploi, de l'Economie et des Consommateurs, chargé du Commerce extérieur

Allocation d'insertion - Mesures d'exclusion - Conséquences pour les Régions - Chiffres

statistique officielle
répartition géographique
assurance chômage
chômeur
Actiris

Chronologie

15/1/2015 Envoi question (Fin du délai de réponse: 19/2/2015 )
8/9/2017 Rappel
16/11/2018 Rappel
14/1/2019 Rappel
8/4/2019 Réponse

Question n° 6-389 du 15 janvier 2015 : (Question posée en néerlandais)

Le 30 novembre 2014, Actiris, l'Office régional bruxellois de l'Emploi, a calculé que 4 694 personnes pourraient perdre leur droit à une allocation d'insertion dès le 1er janvier 2015.

Fin septembre 2014, le nombre de ces personnes avait été évalué à 5 281. Entre-temps, différents demandeurs d'emploi ont trouvé du travail, se sont inscrits à une formation, ont repris leurs études ou ont tout simplement annulé leur inscription chez Actiris.

Ce chiffre a été établi sur la base de la liste fournie par l'Office national de l'Emploi (ONEm) durant l'été 2014. Cette liste comprenait 7 300 noms et a été comparée aux informations dont disposait Actiris. C'est ainsi que le nombre d'exclus potentiels a diminué.

Sur la base des mêmes données d'Actiris et à côté des 4 694 personnes, 3 623 demandeurs d'emploi supplémentaires pourraient aussi perdre leur droit à une allocation.

Au total, en 2015, 8 317 personnes pourraient donc être exclues. Si le gouvernement fédéral maintient la mesure, le nombre d'exclus augmentera encore dans les années qui viennent.

Un nombre considérable de personnes sont donc touchées par cette décision d'exclusion prise par le fédéral.

1) J'aimerais que le ministre communique le nombre de personnes touchées par cette mesure dans les différentes Régions: la Région de Bruxelles-Capitale, la Région flamande et la Région wallonne. J'aimerais aussi obtenir une ventilation par province.

2) Comment les chiffres sont-ils ventilés en fonction de l'âge dans les Régions et les provinces?

3) Combien de femmes et combien d'hommes sont-ils touchés?

4) Cette mesure touchera-t-elle principalement des personnes ayant une famille à charge?

5) Comment les chiffres sont-ils ventilés en fonction du niveau de formation dans les Régions et les provinces?

Réponse reçue le 8 avril 2019 :

Le tableau suivant présente le nombre de chômeurs qui ont perdu le droit aux allocations d’insertion pendant les années passées parce que la durée maximale de l’allocation a été atteinte et cela par province et sexe (réponse aux questions 1 et 3).

Pour 2018 : chiffres provisoires.

Vu le fait qu’il s’agit des chômeurs bénéficiant d’une allocation d’insertion, cela concerne principalement des jeunes. En 2015, la première année d’application de la mesure, il s’agissait en plus d’un nombre de chômeurs plus trop jeunes qui avaient déjà dépassé la durée maximale des allocations autorisée au moment de l’entrée en vigueur de la mesure.










Quand on regarde pour toute la période, la situation familiale des chômeurs qui ont atteint la durée des allocations d’insertion autorisée, il apparaît qu’il s’agissait de 21,9 % de chômeurs ayant charge de famille, 11 % d’isolés et 67,1 % de chômeurs sans charge de famille.

Ce rapport semble varier selon la Région : ainsi la part de chômeurs ayant charge de famille et d’isolés dans la Région de Bruxelles-Capitale par exemple est plus élevée (respectivement 24,3 % et 17 %), tandis que pour ces mêmes situations familiales la part en Flandre est considérablement inférieure (12,9 % chômeurs ayant charge de famille, 7,5 % isolés et 79,6 % chômeurs sans charge de famille).

Finalement en ce qui concerne la répartition selon le niveau de formation, les résultats par région et par province sont en grande partie similaires, avec une prédominance de chômeurs faiblement qualifiés.

Selon le niveau de formation pour la période 2015-2018 (en pourcentage)

Provinces et Régions

Peu qualifiés

Moyennement qualifiés

Très qualifiés

Région Bruxelles-Capitale

73,2

19,5

7,3

Prov. Anvers

70,4

23,4

6,2

Prov. Brabant Flamand

66,2

25,5

8,3

Prov. Brabant Wallon

61,2

27,5

11,3

Prov. Flandre Occidentale

67,9

25,5

6,6

Prov. Flandre Orientale

65,3

25,4

9,3

Prov. Hainaut

69,1

26,2

4,7

Prov. Liège

69,1

24

6,9

Prov. Limbourg

67,8

27,1

5,1

Prov. Luxembourg

64,5

29,9

5,6

Prov. Namur

62,6

31,2

6,2

Pays

68,5

25,1

6,4

Région flamande

67,8

25,2

7

Région wallonne

67,7

26,3

6