Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 6-171

de Bert Anciaux (sp.a) du 23 octobre 2014

au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Le bilinguisme des travailleurs du Théâtre royal de la Monnaie

bilinguisme
arts du spectacle
emploi des langues

Chronologie

23/10/2014 Envoi question (Fin du délai de réponse: 27/11/2014 )
8/9/2017 Rappel
16/11/2018 Rappel
14/1/2019 Rappel
23/5/2019 Fin de la législature

Question n° 6-171 du 23 octobre 2014 : (Question posée en néerlandais)

Malgré le statut juridique élevé des lois linguistiques, lesquelles sont d'ordre public, il s'avère que les autorités publiques ne sont pas en mesure de faire respecter leurs propres lois au Théâtre royal de la Monnaie, une institution fédérale qui relève pourtant de ses compétences. De nombreuses institutions culturelles fédérales de Bruxelles recrutent de nombreux travailleurs qui ne parlent pas le néerlandais. On prépose souvent aux guichets des travailleurs ne connaissant pas le néerlandais. Souvent, les Flamands ne sont pas traités correctement dans leur capitale. Selon toute apparence, les diverses institutions culturelles fédérales tolèrent également cette situation et travaillent en fait dans l'illégalité.

D'où les questions suivantes :

1) Parmi les travailleurs qui travaillent au Théâtre royal de la Monnaie, combien connaissent et combien ne connaissent pas le néerlandais ? Comment ces chiffres et leur proportion ont-ils évolué depuis 2001 ?

2) La ministre reconnaît-elle que la connaissance du néerlandais représente un sérieux problème en ce qui concerne le personnel de cette institution, en particulier les guichetiers ? Dans la négative, avec quels arguments le conteste-t-elle ? Dans l'affirmative, comment évalue-t-elle et explique-t-elle ce problème et son évolution ces dernières décennies ?

3) Quelle est la répartition linguistique des agents préposés aux guichets de cette institution ? Comment se peut-il que des travailleurs qui ne parlent pas le néerlandais exercent des fonctions aux guichets ? Que font les autorités pour faire respecter cette obligation légale et cette forme élémentaire de politesse ? Cette institution fédérale alloue-t-elle des primes à ses travailleurs bilingues et multilingues ? Comment définit-on bilinguisme et multilinguisme dans ce contexte ? À combien s'élèvent ces primes ? Qui contrôle le bilinguisme ? Quels sont les efforts accomplis par la ministre et par le gouvernement pour faire en sorte que le personnel du Théâtre royal de la Monnaie parle la langue de la majorité des habitants de ce pays ? Organise-t-on des cours de langue ? Un examen linguistique est-il requis avant un engagement définitif ? Que va faire à court terme la ministre pour mettre fin à ces situations inacceptables ?