5-238COM

5-238COM

Commissie voor de Binnenlandse Zaken en voor de Administratieve Aangelegenheden

Handelingen

DINSDAG 2 JULI 2013 - OCHTENDVERGADERING

(Vervolg)

Vraag om uitleg van mevrouw Zakia Khattabi aan de vice-eersteminister en minister van Binnenlandse Zaken en Gelijke Kansen over «de zegening van de motoren van de federale politie» (nr. 5-3680)

Mme Zakia Khattabi (Ecolo). - J'ai été très étonnée d'apprendre que le 28 avril dernier, après une messe dans l'église Saint-Pierre de Jette, environ 200 motards ont fait bénir leur moto. Cette bénédiction est organisée chaque année par les Blue Knights (les fonctionnaires de police à moto). J'ai trouvé mignon que cette bénédiction soit censée apporter réussite et prospérité aux motards lors de leurs périples.

Il paraît que ce sont principalement les motards de la police eux-mêmes qui ont demandé la bénédiction du prêtre, mais que les autres motards peuvent également en bénéficier.

Vous comprenez mon étonnement à l'heure où il ne se passe pas une semaine sans que d'aucuns s'inquiètent de la mise à mal de la neutralité de notre service public. Il me semble donc important de donner un signal et d'affirmer que notre souci de la neutralité n'est pas à géométrie variable.

Madame la ministre, comment jugez-vous cette initiative et quelles suites pensez-vous y donner ?

Mme Joëlle Milquet, vice-première ministre et ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances. - Il ne s'agit nullement d'une organisation dépendant d'un service public ou de la police. Les Blue Knights, dont j'ai découvert l'existence comme vous, est une organisation mondiale qui réunit des familles de policiers roulant à moto pendant leur temps libre, en dehors des heures de travail. Ils sont originaires des États-Unis et le premier chapitre a vu le jour en 1974. Depuis lors, plusieurs chapitres se sont créés dans les pays européens. L'organisation compte 17 000 membres, répartis en 503 chapitres à travers le monde. La Belgique compte neuf équipes provinciales de Blue Knights qui organisent des activités sociales internationales, entre autres au profit de personnes handicapées et avec le soutien de Sa Majesté le Roi.

Dans le cadre d'une balade réalisée au cours de leur temps libre, le 28 avril dernier à Jette, certains des membres ont fait bénir leur moto. Il s'agit d'une initiative privée à laquelle seuls deux membres de la police de la route ont pris part. Ce n'est donc vraiment pas dans le cadre de missions officielles que cette cérémonie a eu lieu.

Mme Zakia Khattabi (Ecolo). - Les médias disaient que cette bénédiction avait certes eu lieu un dimanche mais qu'elle visait bien à protéger les policiers dans le cadre de leurs missions. S'il s'agit d'une initiative purement individuelle, je n'ai aucune remarque à formuler à cet égard. Toutefois, je tiens à ce que l'on adopte la même attitude vis-à-vis de tous ceux qui se revendiquent d'une appartenance cultuelle dans l'accomplissement de leurs fonctions.

Mme Joëlle Milquet, vice-première ministre et ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances. - Ce n'est en l'occurrence pas le cas. Cependant, on ne peut empêcher les policiers, comme les fonctionnaires et les êtres humains en général, d'avoir des conceptions philosophiques ou religieuses dans leur vie privée.

Mme Zakia Khattabi (Ecolo). - Les motos n'étaient pas privées. Il s'agissait de l'outil de travail de ces policiers.

Mme Joëlle Milquet, vice-première ministre et ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances. - Ils ne circulent quand même pas avec des croix sur leur moto et rien n'indique que la moto a été baptisée ou non !

Mme Zakia Khattabi (Ecolo). - Je tenais simplement à faire savoir que nous sommes attentifs au respect de la laïcité dans les services publics.

M. le président. - Tout cela ne me dérange pas mais, dernièrement, j'ai assisté au mariage d'un membre de ma famille à l'Hôtel de ville de Bruxelles et j'y ai vu une peinture très religieuse datant du début du dix-neuvième siècle, ce qui n'a pas manqué de me faire sourire. J'ai pensé qu'il était heureux que mes amis défenseurs de la laïcité tournent le dos à cette peinture lorsqu'ils procèdent à des mariages. Autre détail amusant : toutes les inscriptions sur cette peinture sont encore en néerlandais. Rien n'a été traduit.