Questions et Réponses

Sénat de Belgique


Bulletin 1-87

SESSION DE 1998-1999

Questions auxquelles il n'a pas été répondu dans le délai réglementaire
(Art. 66 du règlement du Sénat)

(Fr.): Question posée en français - (N.): Question posée en néerlandais


Vice-premier ministre et ministre de l'Économie et des Télécommunications, chargé du Commerce extérieur (Économie)

Question nº 1374 de M. Anciaux du 16 octobre 1998 (N.) :
Livraison de farine de moindre qualité par la CEE via les banques alimentaires.

Dans le cadre des programmes de lutte contre la pauvreté, l'UE fournit de la farine pour la cuisson de pain pour les nécessiteux. Cette farine est livrée et distribuée gratuitement par l'intermédiaire des banques alimentaires. Les boulangers chargés de la fabrication des pains sont payés en nature sur la farine mise à disposition.

La farine livrée cette année est de très mauvaise qualité et n'est pas assez bonne pour la cuisson de pain, même avec des additifs. L'analyse de la farine par un laboratoire spécialisé donne les résultats suivants : humidité : 15,0 %; cendres : 0,60 %; teneur en protéines : 11,5 %; vitamine C : néant; hagberg : 292 sec.; W : 278; P/L : 2.11 (extrêmement élevé, c'est-à-dire farine très dure).

« Le test de cuisson s'est révélé très décevant : sans améliorant il n'était pas possible d'obtenir un pain volumineux. Après répétition du test en ajoutant du malt et de la vitamine C, le résultat était encore déplorable. La structure de la mie était très ouverte, sa couleur n'était pas blanche mais plutôt grise, la pâte était très dure. Conclusion : cette farine n'est pas panifiable. Le résultat par rapport à notre Europ était très faible. »

En ce qui concerne cette farine, une plainte aurait déjà été introduite il y a quelque temps auprès du responsable des produits CEE et du ministère des Affaires économiques.

1. L'honorable ministre est-il au courant de cette plainte et l'a-t-on examinée ?

2. Est-il déjà arrivé à l'UE de fournir « gratuitement » des produits dont la qualité laisse manifestement à désirer ?

3. L'honorable ministre ne trouve-t-il pas révoltant que des produits de moindre qualité soient utilisés pour l'approvisionnement de populations qui ont précisément besoin de bons aliments et qui peuvent les utiliser au mieux ?

4. Quelles actions compte-t-il entreprendre pour dénoncer ces pratiques auprès de l'UE ?

5. Veillera-t-il à ce que la farine livrée cette année soit remplacée par un produit de bonne qualité ?