Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-9802

de Elke Sleurs (N-VA) du 27 aôut 2013

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Test d'autodépistage du VIH - Évaluation - Utilisation en Belgique - Plan Sida

sida

Chronologie

27/8/2013 Envoi question
28/4/2014 Fin de la législature

Question n° 5-9802 du 27 aôut 2013 : (Question posée en néerlandais)

Le test OraQuick est disponible aux États-Unis depuis l'été 2012. Il s'agit d'un test d'autodépistage qui, au moyen d'un prélèvement de salive, permet à l'utilisateur de savoir en un quart d'heure s'il a ou non été infecté par le VIH. Ce type de test facilite l'accès au test VIH dans le cas de personnes peu enclines à consulter un médecin. Des personnes qui, autrement, ne se seraient jamais soumises à un contrôle pourraient accepter un test d'autodépistage. La propagation du VIH pourrait ainsi être freinée.

Jusqu'à présent, le test d'autodépistage du VIH est interdit dans notre pays. Le recours à ce type de test était également controversé au sein de l'Europe. À présent, la France envisagerait toutefois d'en autoriser l'utilisation. Vous-même avez indiqué, fin juillet, en réponse à une question parlementaire, que le test pourrait constituer un élément positif. Un avis du Conseil supérieur de la santé serait ainsi en préparation.

Je vous ai déjà adressé une demande d'explications (5-3626) concernant le Plan Sida et le projet pilote Test-Out, qui permet de se soumettre anonymement à un test de dépistage du sida ou de la syphilis. Dans votre réponse, vous annonciez aussi que vous présenteriez le Plan Sida le 15 octobre prochain.

Je souhaiterais dès lors obtenir une réponse aux questions suivantes :

1) Pourquoi pensez-vous que le test d'autodépistage du VIH est une bonne chose ?

2) Comment comptez-vous, dans le cadre d'un éventuel test d'autodépistage, garantir le lien entre le diagnostic et le traitement ?

3) Comment évaluez-vous la qualité des tests d'autodépistage ?

4) Comptez-vous intégrer l'autodépistage dans le Plan Sida ?

5) Que pensez-vous des tests anonymes tels que prévus dans le projet pilote Test-out ?

6) Les tests d'autodépistage sont-ils évalués par l'Institut scientifique de santé publique ?