Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-9284

de Bert Anciaux (sp.a) du 10 juin 2013

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Gastroplasties - Nombre - Évolution - État des lieux

maladie de la nutrition
chirurgie
statistique de la santé

Chronologie

10/6/2013 Envoi question
28/4/2014 Fin de la législature

Question n° 5-9284 du 10 juin 2013 : (Question posée en néerlandais)

Au cours des trois dernières années, le nombre de gastroplasties réalisées au Jessa-Ziekenhuis d'Hasselt est passé de 85 à 267. Il semble que les personnes souffrant d'obésité recourent de plus en plus facilement à ce type d'intervention alors que les spécialistes estiment qu'elle ne doit pas être considérée comme un remède miracle. Un traitement adéquat de l'obésité requiert en effet également une modification du style de vie. De plus, toutes les obésités ne sont pas pathologiques.

Voici mes questions :

1) Quelle a été l'évolution du nombre de gastroplasties au cours de la période 2006-2012 ? Comme la ministre évalue-t-elle et interprète-t-elle cette évolution ?

2) Quel est le coût moyen d'une gastroplastie pour l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (INAMI) ?

3) Préalablement à cette intervention, vérifie-t-on suffisamment (1) si l'on est effectivement en présence d'une obésité morbide et (2) si le patient s'engage suffisamment à changer fondamentalement son style de vie par la suite ?

4) Comment la ministre réagit-elle à la critique de certains chirurgiens qui considèrent que l'augmentation du nombre de gastroplasties en fait une chirurgie « cash and cary » où ni la préparation ni le suivi ne sont au cœur des préoccupations ?