Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-872

de Bert Anciaux (sp.a) du 27 janvier 2011

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de l'Intégration sociale

Hôpitaux - Bactérie nosocomiale - Propagation - Mesures

établissement hospitalier
maladie infectieuse
antibiotique
prévention des maladies
mortalité
infection nosocomiale

Chronologie

27/1/2011 Envoi question
7/12/2011 Dossier clôturé

Réintroduite comme : question écrite 5-4510

Question n° 5-872 du 27 janvier 2011 : (Question posée en néerlandais)

La présence de la bactérie nosocomiale dans les hôpitaux européens augmente de façon inquiétante. Voilà ce qui ressort entre autres d'une étude du Leids Universitair Medisch Centrum (LUMC) et du Rijksinstituut voor volksgezondheid en milieu (RIVM).

Le terme « bactérie nosocomiale » désigne en réalité un ensemble de bactéries dont la caractéristique principale est la résistance à plusieurs antibiotiques. L'apparition de cette bactérie et sa propagation rapide et étendue sont attribuées en grande partie à une utilisation excessive et peu judicieuse des antibiotiques.

Il ressort de l'étude qu'en moyenne des antibiotiques sont administrés à quatre patients hospitalisés sur dix. Il existe cependant de grandes différences entre les hôpitaux. Dans certains cas, 100% des patients sont sous antibiotiques.

Cette étude met aussi en évidence pour la première fois la mortalité due à la bactérie nosocomiale. Parmi les patients contaminés, 22% sont décédés dans les trois mois. En tout cas, quatre décès sur dix semblent être dus en partie à la bactérie nosocomiale.

Je souhaite une réponse aux questions suivantes.

1) Comment la ministre évalue-t-elle et explique-t-elle cette évolution pour le moins inquiétante dans les hôpitaux? Dispose-t-elle de chiffres propres à la Belgique?

2) L'évolution de cette menace dans les hôpitaux est-elle suivie de manière cohérence et systématique? De quelle manière ? Quels sont les résultats à ce jour?

3) Combien de cas de bactérie nosocomiale ont-ils été enregistrés annuellement dans des hôpitaux belges au cours des cinq dernières années? Combien de décès dans les hôpitaux sont-il dus à cette bactérie ces cinq dernières années? Quelles évolutions ont-elles été constatées? Comment la ministre les explique-t-elle?

4) La ministre est-elle au courant de l'utilisation des antibiotiques dans les hôpitaux belges? Cette utilisation est-elle suivie de manière cohérente et systématique? Dans l'affirmative, de quelle manière? Commet la ministre explique-t-elle cette évolution et quelles mesures particulières a-t-elle prise à ce sujet pour les hôpitaux?

5) Quelles politique concrète a-t-elle développé contre la propagation de la bactérie nosocomiale dans les hôpitaux? Quels ont été les résultats concrets de ces mesures? La ministre envisage-t-elle des mesures complémentaires afin de lutter contre la bactérie nosocomiale et de combattre la consommation excessive d'antibiotiques?

6) Il existerait d'importantes différences entre la Flandre, la Wallonie et la Région de Bruxelles-Capitale en ce qui concerne le nombre de cas de bactérie nosocomiale et l'utilisation des antibiotiques dans les hôpitaux. Cette hypothèse est-elle exacte et, dans l'affirmative, comment la ministre explique-t-elle ces différences?

7) Cette problématique a-t-elle déjà donné lieu à une concertation et/ou coopération avec les communautés? Dans l'affirmative, lesquelles? Dans la négative, pour quelle raison?