Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-6120

de Bert Anciaux (sp.a) du 24 avril 2012

au ministre de la Défense

Afghanistan - Partenaires de l'OTAN - Pourcentage de frappe - Discrétion

avion de combat
Afghanistan
Libye
aviation militaire
force à l'étranger
OTAN

Chronologie

24/4/2012 Envoi question
29/5/2012 Réponse

Question n° 5-6120 du 24 avril 2012 : (Question posée en néerlandais)

Dans sa réponse à ma question écrite (5-5791), le ministre affirme qu'aucun pourcentage de frappe n'a été divulgué par les partenaires de l'OTAN en Libye ou en Afghanistan.

Voici mes questions à ce sujet:

1) Si ces chiffres n'ont pas été divulgués, comment le ministre explique-t-il que le commandant Van de Voorde ait déclaré dans la presse que le pourcentage de frappe des F-16 belges était le plus élevé de toutes les troupes de la coalition?   Cela relève-t-il du secret militaire ? Dois-je en déduire que les pourcentages de frappe de certains pays participants sont ridiculement bas ?

2) Ces chiffres sont-ils divulgués en interne ? Le ministre est-il lui-même au courant des pourcentages de frappe des autres pays ? Dans la négative, pourquoi ces chiffres ne sont-ils pas échangés ? N'est-il pas d'avis que ces données peuvent être une importante indication pour les performances et l'efficacité de nos propres forces aériennes ? Admet-il que les prestations de nos partenaires ont aussi une influence sur le fonctionnement de nos troupes et l'utilité de notre présence sur place ? Veillera-t-il à ce que l'on procède systématiquement à un échange de ces chiffres durant les opérations  ?

Réponse reçue le 29 mai 2012 :

L'honorable membre est prié de trouver ci-après la réponse à ses questions.

1. Je prie l’honorable membre de se référer à ma réponse aux questions écrites n° 5-4921 et 5-5791, dans laquelle j’ai mentionné que les pourcentages de frappes ne sont ni divulgués ni partagés par les États-membres de l’OTAN, vu le caractère classifié de ces informations. L’OTAN a déclaré que la Belgique possédait le pourcentage de frappes le plus élevé pendant les opérations en Libye, sans pour autant communiquer les chiffres de chaque État-membre. C’est cette déclaration qu’a utilisée le Général-major aviateur Van de Voorde, Commandant la Composante Air.

2. La Belgique n'a pas accès aux données confidentielles d'autres pays, ni le pouvoir d'exiger d'eux une publication de leur taux de succès. Le pourcentage de frappes est un des nombreux indicateurs de la performance et de l'efficacité de la Composante Air belge en Afghanistan.