Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-5959

de Bert Anciaux (sp.a) du 23 mars 2012

au vice-premier ministre et ministre des Finances et du Développement durable, chargé de la Fonction publique

La véracité des statistiques financières belges

statistique économique
statistique financière
Eurostat

Chronologie

23/3/2012 Envoi question
29/3/2012 Réponse

Requalification de : demande d'explications 5-1692

Question n° 5-5959 du 23 mars 2012 : (Question posée en néerlandais)

Une équipe de l'universitaire allemande d'Ilmenau a analysé les données économiques officielles de 16 États membres de l'UE. Pour ce faire, les chercheurs se sont entre autres basés sur la loi de Denton, un principe mathématique permettant de détecter les fraudes dans les comptes annuels et les déclarations d'impôts. Les chercheurs concluent que la Grèce est de loin le plus mauvais élève... suivie de près par la Belgique. C'est pourquoi les chercheurs conseillent à Eurostat, l'Office statistique de l'Union européenne, d'examiner les données belges de façon critique. L'économiste en chef d'ING a estimé que cette recommandation était opportune et a émis l'idée que la Belgique, elle aussi, se montrait très créative en matière de comptabilité. Ces communiqués, qu'ils soient fondés ou non, sèment un doute dangereux et salissent l'image économique et financière de notre pays qui n'était déjà pas impeccable.

Que pense le ministre de cette étude universitaire allemande qui laisse supposer que les données financières officielles belges pourraient être entachées de fraude ?

De quelle façon le ministre peut-il réfuter vigoureusement ces accusations véhémentes et dangereuses ? Outre nos propres arguments, est-il en mesure de se fonder sur les résultats d'études étrangères pour les réfuter ?

Le ministre reconnaît-il que notre pays doit pouvoir se préparer au plus vite à réagir contre ce type d'attaques et qu'une étude approfondie d'Eurostat, par exemple, est indiquée afin de mettre un terme ne serait-ce qu'au soupçon de l'existence de chiffres et statistiques frauduleux dans nos données économiques officielles ?

Quelles mesures concrètes à court terme le ministre envisage-t-il pour mettre résolument un terme à ces doutes et redorer le blason de notre pays quant à l'exactitude et à la fiabilité de ces données ?

Réponse reçue le 29 mars 2012 :

J’invite l’honorable membre à poser sa question à mon collègue, le vice-premier ministre et ministre de l'Économie, des Consommateurs et de la Mer du Nord, qui est en charge de cette matière.