Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-5170

de Bert Anciaux (sp.a) du 12 janvier 2012

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Antibiotiques - Multirésistance - Bactérie CPE - Conseil supérieur de la santé - Recommandations

antibiotique
maladie infectieuse
maladie du système digestif
Conseil supérieur de la santé

Chronologie

12/1/2012 Envoi question
6/12/2013 Requalification
10/1/2014 Réponse

Requalifiée en : demande d'explications 5-4407

Question n° 5-5170 du 12 janvier 2012 : (Question posée en néerlandais)

Le site www.deredactie.be a annoncé, le 10 janvier 2012, qu'au cours des dix premiers mois de 2011, des épidémies d'entérobactéries productrices de carbapénémases (CPE) ont été signalées dans trois hôpitaux et qu'une douzaine d’établissements ont par ailleurs rapporté la présence de cas sporadiques. L'émergence de ces bactéries est inquiétante car les possibilités de traiter les patients infectés sont très limitées. Peu d'antibiotiques sont en effet actifs contre les CPE.

Le Conseil Supérieur de la Santé préconise la mise en place en urgence des initiatives suivantes :

- le dépistage systématique des patients à risque ;

- l'isolement des patients contaminés en chambre individuelle ;

- l’élaboration d’un système centralisé d'enregistrement coordonné par le centre national de référence des entérobactéries multirésistantes.

Un groupe d’experts élabore actuellement sous l’égide du Conseil supérieur de la santé des recommandations nationales pour combattre efficacement la propagation de telles bactéries dans les hôpitaux belges.

Voici mes questions à ce sujet.

1) Comment et quand la ministre traduira-t-elle en mesures concrètes les recommandations du Conseil supérieur de la santé relative à la lutte contre la bactérie CPE ?

2) Quand les recommandations des experts seront-elles disponibles et diffusées ?

3) À quel moment pouvons espérer un communiqué de la ministre annonçant que la lutte contre la propagation de la bactérie CPE se déroule de manière optimale ?

Réponse reçue le 10 janvier 2014 :

1) Par une circulaire du 13 janvier 2012, les directions, les médecins en chef, les équipes d'hygiène hospitalière et les groupes de politique en matière d'antibiothérapie des hôpitaux aigus ont été informés de la publication de l'avis du Conseil supérieur de la Santé intitulé « Mesures à prendre suite à l'émergence des entérobactéries productrices de carbapénémases (CPE) en Belgique ».

2) Un groupe de travail du Conseil supérieur de la Santé est en effet occupé à la rédaction d'un autre avis général sur la lutte contre les organismes multi-résistants aux médicaments (« multidrug resistant organisms » – MDRO). Avant de disposer de cet avis, il faudra toutefois patienter quelque temps encore, mais l'avis publié récemment suffit amplement pour s'attaquer de manière adéquate à la problématique des CPE.

3) Les mesures proposées au niveau des hôpitaux (à savoir le dépistage des patients à risque et les mesures à prendre vis-à-vis des patients infectés) sont en effet désormais connues des directions et des médecins en chef et seront, à n'en pas douter, appliquées par les équipes d'hygiène hospitalière. En ce qui concerne la surveillance des CPE à l'échelle nationale, celle-ci a déjà été activée par l'Institut scientifique de Santé publique (ISP) et le centre national de référence (UCL de Mont-Godinne). Cette surveillance nous permet de suivre l’évolution de la situation et d’adapter les recommandations en fonction.

Le 30 septembre 2013, la Conférence Interministérielle Santé Publique a conclu un Protocole d’accord concernant le plan national « multidrug resistant organisms » (MDRO). Ce plan trace les contours de l’approche ultérieure de la résistance microbienne et entend associer toutes les forces afin de renforcer, poursuivre et consolider l’efficience des actions à suivre, avec pour objectif de prévenir toute nouvelle propagation de des MDRO et de réduire l’incidence des contaminations aux MDRO.