Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-4894

de Bert Anciaux (sp.a) du 28 décembre 2011

à la ministre de l'Emploi

Belgique - Antisémitisme - Jeunes - Étude - Politique

antisémitisme
jeune
musulman
racisme
enquête sociale
Région de Bruxelles-Capitale

Chronologie

28/12/2011 Envoi question
28/12/2011 Dossier clôturé

Réintroduction de : question écrite 5-3876

Question n° 5-4894 du 28 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Dernièrement, le quotidien De Standaard a relaté un incident choquant : une jeune fille juive, âgée de treize ans, a été battue par cinq camarades de classe d'origine marocaine. Elle souffrait d'une commotion cérébrale et d'une lésion à une vertèbre cervicale.

On ne sait s'il s'agit d'un cas unique mais une étude récente de mark Elchardus, « Jong in Brussel », ne laisse présager rien de bon. Il ressort de son étude - sur les opinions et les conditions de vie de jeunes Bruxellois - que l'antisémitisme est nettement plus vivace chez les jeunes musulmans que dans les autres groupes de jeunes. Près de la moitié des jeunes musulmans souscrivent à des thèses telles que « Les juifs veulent tout dominer » ou « Les juifs incitent à la guerre et en rejettent la responsabilité sur les autres ». Ce pourcentage est de 10 % chez les autres jeunes. Le pire est que ces sentiments antisémites n'ont rien à voir avec un niveau social ou culturel peu élevé, comme c'est souvent le cas pour les autochtones racistes.

Ces faits sont vraiment choquants et inquiétants. Depuis des décennies, notre société lutte contre le racisme et œuvre à une interculturalité positive. Reste à savoir - et la question est préoccupante - si cette étude peut être généralisée et si le regain d'antisémitisme se traduit aussi dans les statistiques judiciaires.

1) La ministre connaît-elle l'étude de Mark Elchardus ? Comment l'interprète-t-elle et l'explique-t-elle ? Pense-t-elle qu'il s'agisse d'une dérive fondamentale ?

2) L'étude portait sur les jeunes Bruxellois. Existe-t-il des indices montrant que l'antisémitisme est également en recrudescence en d'autres endroits de Belgique ? La ministre fera-t-elle étudier la question ?

3) La ministre estime-t-elle que des conclusions politiques doivent être tirées de cette étude ? Quelles mesures politiques envisage-t-elle pour lutter contre cet antisémitisme ? Agira-t-elle en concertation avec d'autres administrations et institutions ?