Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-4834

de Bert Anciaux (sp.a) du 23 décembre 2011

à la vice-première ministre et ministre de l'Intérieur

Bruxelles - Quartier européen - Panne de courant - Sécurité - Plans de sécurité

Région de Bruxelles-Capitale
distribution de l'électricité

Chronologie

23/12/2011 Envoi question
26/10/2012 Réponse

Réintroduction de : question écrite 5-3151

Question n° 5-4834 du 23 décembre 2011 : (Question posée en néerlandais)

Une grande partie de Bruxelles a récemment été privée d'électricité. De nombreux bâtiments de l'Union européenne ou qui y sont liés ont été concernés. C'est un incident dans une sous-station du réseau d'électricité qui a causé cet important désordre. L'accident s'est produit à 14 h et ce n'est qu'à 16 h 15 que l'alimentation électrique a été partiellement rétablie, le reste suivant plus tard dans la soirée. Les conséquences de cette panne de courant ont été impressionnantes : évacuations de milliers de personnes, chaos routier, etc.

Voici mes questions.

1) Comment la ministre explique-t-elle la forte vulnérabilité - comme le montrent les conséquences de cet incident récent - d'une partie aussi importante de la capitale ?

2) Existe-t-il des plans spéciaux de sécurité pour de tels accidents ? Dans l'affirmative, lesquels et ont-il prouvé leur efficacité lors de cet accident ? Dans la négative, pourquoi pas et la ministre estime-t-elle que des interventions plus méthodiques sont nécessaires ?

3) Cet accident est-il analysé et les interventions sont-elles évaluées ? Dans l'affirmative, quelles en sont les conclusions ? Dans la négative, la ministre estime-t-elle que ce cas n'est pas suffisamment significatif pour justifier une étude approfondie et une stimulation en vue d'une meilleure approche ?

Réponse reçue le 26 octobre 2012 :

1. Comment la ministre explique-t-elle la forte vulnérabilité - comme le montrent les conséquences de cet incident récent - d'une partie aussi importante de la capitale ?

Une explosion s’est produite le 19 novembre 2011 dans une cabine électrique de la rue Wiertz entraînant un important développement de fumée et une coupure de courant. Ce bâtiment abrite des postes d'électricité à la fois de Sibelga et d'Élia. Il est quasi certain que le feu a démarré à hauteur du transformateur de secours du poste Wiertz. Pour des raisons de sécurité, l'important développement de fumée a nécessité la coupure du courant des diverses installations électriques présentes, notamment des systèmes de back-up. Ceci explique pourquoi une partie des institutions européennes et une large zone avoisinante se sont retrouvées sans électricité pendant 3 à 5 heures. Faisant suite aux analyses menées sur les origines de l'incident, Élia et Sibelga examinent actuellement, notamment en concertation avec les institutions européennes, différentes pistes pour augmenter la redondance de l’alimentation en électricité du quartier européen.

1. Existe-t-il des plans spéciaux de sécurité pour de tels accidents ? Dans l'affirmative, lesquels et ont-il prouvé leur efficacité lors de cet accident ? Dans la négative, pourquoi pas et la ministre estime-t-elle que des interventions plus méthodiques sont nécessaires ?

Il existe entre le Centre de crise fédéral et le gestionnaire du réseau à haute tension Élia des procédures de notification spécifiques. Étant donné qu'il s'agissait d'un incident au niveau du gestionnaire du réseau de distribution, ces procédures de notification n'ont pas été utilisées.

Actuellement, sous la coordination du Centre de Crise, et avec l’ensemble de tous les acteurs concernés par la problématique, on travaille à la rédaction d’un Plan d’urgence national « Panne d’électricité ». À destination des autorités locales, ce projet doit également donner lieu à la publication de plusieurs recommandations et directives pour la préparation à la gestion d’une panne d’électricité au niveau local. Ces initiatives du Centre de Crise fédéral doivent donc, à la fois au niveau local et fédéral, entraîner une capacité accrue afin de pouvoir gérer les incidents tels que la panne d’électricité du 19 septembre.

1. Cet accident est-il analysé et les interventions sont-elles évaluées ? Dans l'affirmative, quelles en sont les conclusions ? Dans la négative, la ministre estime-t-elle que ce cas n'est pas suffisamment significatif pour justifier une étude approfondie et une stimulation en vue d'une meilleure approche ?

Ce type d’incident doit requérir toute notre attention et j’y suis particulièrement attentive. Actuellement, l’analyse de l’incident est menée par le gestionnaire du réseau. Celle-ci porte notamment sur l’origine du problème. Les résultats permettront une évaluation plus large qui sera réalisée, dans un second temps, avec l’ensemble des partenaires afin d’identifier les points d’attention et les pistes d’amélioration.