Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-304

de Yves Buysse (Vlaams Belang) du 5 novembre 2010

au secrétaire d'État à l'Intégration sociale et à la Lutte contre la pauvreté, adjoint à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de l'Intégration sociale

Centres d'asile - Menaces et violences - Chiffres

équipement social
asile politique
discrimination religieuse
Pays-Bas
violence
statistique officielle
demandeur d'asile

Chronologie

5/11/2010 Envoi question
1/8/2011 Réponse

Aussi posée à : question écrite 5-303

Question n° 5-304 du 5 novembre 2010 : (Question posée en néerlandais)

Le quotidien néerlandais De Telegraaf du 19 octobre 2010 présente une enquête de la fondation Gave. Les résultats de cette enquête avaient été diffusés dans le programme télévisé « Uitgesproken EO ». La conclusion de l'enquête est que dans de nombreux centres d'asile néerlandais, les demandeurs d'asile chrétiens sont menacés voire maltraités par des résidents islamiques.

Selon la fondation Gave, les chrétiens souffriraient de discriminations dans 75 % des centres d'asile, subiraient des menaces (de mort) dans 67 % des centres et de la violence physique dans 33 % des centres. Ce sont généralement les résidents islamiques qui sont responsables des violences et des menaces.

À la suite de cette enquête, le ministre néerlandais responsable souhaite créer un point de contact indépendant où les demandeurs d'asile pourront signaler de manière anonyme qu'ils ont été menacés ou maltraités par d'autres demandeurs d'asile.

Si de pareilles choses sont constatées dans de telles proportions aux Pays-Pas, il semble improbable que la situation soit totalement différente chez nous. D'où ces questions :

1. Combien d'incidents, lors desquels des demandeurs d'asile chrétiens ont été victimes de menaces et/ou de violences, a-t-on dénombrés au cours des trois dernières années dans les centres d'asile belges ? Je souhaiterais une ventilation par année et par type de faits (menaces, violences ou combinaison des deux).

2. Dans quel pourcentage des cas les incidents étaient-ils imputables à des musulmans ?

3. Ces incidents sont-ils enregistrés dans le dossier de demande d'asile des auteurs et des victimes ?

4. Adopte-t-on une attitude pro-active pour prévenir ces problèmes dans les centres d'asile ? Dans l'affirmative, de quelle manière ?

Réponse reçue le 1 aôut 2011 :

J’ai eu l’occasion de répondre à une question similaire posée par Mme Alexandra Colen. Je me contenterai donc de reprendre une réponse de même teneur.

1 à 3. Aucun cas d’une telle gravité dans les centres d’accueil belges n’a été porté à ma connaissance. Il peut bien sûr exister parfois des tensions vives voire des altercations entre des résidents provenant de pays ou régions du monde où des tensions ou des conflits existent (je pense à des pays des Balkans ou du Caucase par exemple). Mais il serait abusif et même faussé de considérer ces tensions au sein des centres d’accueil uniquement comme des tensions « religieuses ».

4. La question de la conséquence des actes que vous évoquez sur l’issue de la procédure d’asile elle-même ne relève pas de la compétence de l’accueil des demandeurs d’asile.

5. De manière générale, la question de la gestion de la diversité culturelle est un point important dans le travail quotidien des structures d’accueil. Mais encore une fois, les faits graves que vous évoquez ne sont pas rencontrés dans nos structures d’accueil. En tous cas, les incidents qui existent ne peuvent être considérés de manière aussi simpliste comme étant l’œuvre systématique d’un groupe religieux déterminé contre un autre groupe religieux ou d’autres individus isolés qui auraient une autre religion.