Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-1984

de Bert Anciaux (sp.a) du 4 avril 2011

à la vice-première ministre et ministre de l'Emploi et de l'Égalité des chances, chargée de la Politique de migration et d'asile

Ecart salarial entre femmes et hommes - Ecart de pension

intégration des questions d'égalité entre les hommes et les femmes
égalité homme-femme
égalité de rémunération
régime de retraite

Chronologie

4/4/2011 Envoi question
4/7/2011 Réponse

Question n° 5-1984 du 4 avril 2011 : (Question posée en néerlandais)

Chaque année, l' " Equal Pay Day " attire l'attention sur une discrimination tenace, à savoir l'écart salarial entre les femmes et les hommes. Les études montrent que la femme moyenne doit travailler près de trois mois supplémentaires pour arriver au salaire d'un homme.

Cette année, l' " Equal Pay Day " attire l'attention sur l'écart de pension. Comme les femmes gagnent en moyenne 23 % de moins que les hommes, leur pension future sera moins élevée. Les militants constatent qu'une femme moyenne doit travailler jusqu'à septante ou quatre-vingts ans pour obtenir une pension décente. Le rattrapage est si lent que le fossé ne se comblera sans doute que dans quarante ans. Outre l'action sur les mentalités, des efforts législatifs paraissent indispensables.

Je souhaiterais une réponse aux questions suivantes :

1) La ministre souscrit elle aux analyses indiquant un désavantage salarial féminin de 23 %, avec l'effet négatif que l'on peut supposer pour leurs pensions ?

2) Quelles actions concrètes a t elle entreprises ou envisage t elle pour combler prioritairement et rapidement cet écart ? À quel horizon prévoit elle sa disparition ?

Réponse reçue le 4 juillet 2011 :

1. Effectivement, l’écart salarial ne peut que se répercuter au niveau des pensions.

En outre, d’après le rapport 2010 de l’Institut pour l'Égalité des femmes et des hommes, les employeurs paieraient moins souvent de pension complémentaire pour les femmes que pour les hommes ( 13,3 % des travailleurs féminins et 15,9 % des travailleurs masculins). Quant aux montants de ces pensions complémentaires, ils seraient moins élevés pour les femmes que pour les hommes (45 % en moins).

2. Pour ce qui concerne les actions concrètes, je renvoie à ma réponse à la question 5-1075 de l’honorable membre.