Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-1834

de Bert Anciaux (sp.a) du 22 mars 2011

au ministre pour l'Entreprise et la Simplification

Faillites - Nombres - Conséquences - Plan d'action

faillite
statistique officielle
répartition géographique

Chronologie

22/3/2011 Envoi question
3/5/2011 Réponse

Question n° 5-1834 du 22 mars 2011 : (Question posée en néerlandais)

Le nombre de faillites forme malheureusement un bon baromètre de l'activité économique de notre pays. Ce nombre n'a jamais été aussi élevé qu'en février 2011.

Je souhaiterais obtenir une réponse aux questions suivantes :

1) Combien de faillites a-t-on prononcées dans notre pays au cours des 36 derniers mois, février 2011 compris ? Je souhaiterais une ventilation par mois et par province. Comment le ministre évalue-t-il et explique-t-il ces chiffres et leur évolution ?

2) Quel est le pourcentage des faillites qui ont eu lieu lors de la première année d'activité de l'entreprise ? Quel est le pourcentage des entreprises qui font faillite entre la première et la deuxième année, entre la deuxième et la cinquième année, entre la cinquième et la dixième année et après la dixième année ? Combien de travailleurs étaient-ils employés dans les entreprises qui ont fait faillite durant les divers mois des trois dernières années ? Je souhaiterais une ventilation par mois pour ces trois dernières années. Quelles conclusions ces chiffres et leur interprétation permettent-ils de tirer ?

3) Le ministre dispose-t-il d'un plan d'action pour lutter contre ce phénomène inquiétant ? Dans l'affirmative, peut-il m'en faire part succinctement ? Dans la négative, comment explique-t-il son inertie en la matière ?

Réponse reçue le 3 mai 2011 :

  1. Nombre de faillites pour la Belgique et les Régions

Année

Mois

Belgique

Région flamande

Région wallonne

Région de Bruxelles-Capitale

2011

2

852

425

246

181

2011

1

779

373

245

161

2010

12

760

409

208

143

2010

11

791

369

234

188

2010

10

868

417

246

205

2010

9

1 023

510

302

211

2010

8

438

216

123

99

2010

7

594

302

167

125

2010

6

946

481

259

206

2010

5

796

379

262

155

2010

4

773

458

206

109

2010

3

978

530

279

169

2010

2

792

432

238

122

2010

1

811

415

213

183

2009

12

782

425

200

157

2009

11

892

464

227

201

2009

10

841

468

242

131

2009

9

991

448

320

223

2009

8

387

211

96

80

2009

7

532

261

156

115

2009

6

906

482

241

183

2009

5

734

396

208

130

2009

4

789

420

221

148

2009

3

1 006

544

287

175

2009

2

785

422

217

146

2009

1

775

442

234

99

2008

12

858

431

240

187

2008

11

708

357

212

139

2008

10

828

440

231

157

2008

9

917

429

249

239

2008

8

357

210

85

62

2008

7

531

265

129

137

2008

6

916

426

303

187

2008

5

629

301

185

143

2008

4

715

393

180

142

2008

3

715

325

209

181

2008

2

617

336

156

125

2008

1

685

360

211

114

Nombre de faillites par province.

Année

Mois

Anvers

Brabant flamand

Brabant wallon

Flandre Occidentale

Flandre Orientale

Hainaut

Liège

Limbourg

Luxembourg

Namur

2011

2

146

53

30

84

73

84

72

69

15

45

2011

1

142

43

37

65

68

89

80

55

13

26

2010

12

150

42

33

77

89

66

61

51

12

36

2010

11

146

43

26

51

81

101

69

48

9

29

2010

10

166

54

26

70

70

96

79

57

10

35

2010

9

223

60

39

55

95

110

96

77

20

37

2010

8

80

26

14

30

52

38

51

28

4

16

2010

7

132

38

19

44

46

50

54

42

2

42

2010

6

175

58

32

89

97

97

84

62

11

35

2010

5

132

23

36

71

100

105

85

53

13

23

2010

4

176

35

21

71

97

67

67

79

13

38

2010

3

202

68

41

72

129

109

83

59

17

29

2010

2

170

41

27

73

89

75

93

59

14

29

2010

1

146

55

32

66

97

79

64

51

14

24

2009

12

154

57

25

82

78

69

74

54

10

22

2009

11

190

69

24

76

79

99

71

50

7

26

2009

10

177

43

25

95

109

89

82

44

12

34

2009

9

149

54

49

71

108

112

101

66

16

42

2009

8

64

34

13

28

56

29

40

29

4

10

2009

7

92

35

23

44

60

51

49

30

4

29

2009

6

198

69

33

77

92

93

75

46

18

22

2009

5

150

46

33

84

76

87

57

40

10

21

2009

4

168

46

25

68

79

77

81

59

7

31

2009

3

198

78

43

75

115

106

77

78

21

40

2009

2

149

52

38

82

86

78

72

53

8

21

2009

1

165

43

17

77

104

87

83

53

10

37

2008

12

151

60

42

83

77

90

75

60

9

24

2008

11

140

36

35

52

79

76

75

50

8

18

2008

10

170

43

32

67

101

86

78

59

8

27

2008

9

169

61

32

56

91

86

79

52

16

36

2008

8

77

25

13

40

45

22

40

23

2

8

2008

7

100

54

11

46

39

45

44

26

3

26

2008

6

131

46

45

92

118

115

81

39

22

40

2008

5

116

35

24

53

70

61

54

27

9

37

2008

4

152

54

13

63

77

76

53

47

9

29

2008

3

114

36

38

50

88

78

66

37

8

19

2008

2

131

35

18

50

78

60

55

42

12

11

2008

1

130

41

21

68

78

92

61

43

9

28

Ces chiffres montrent, en effet, que le nombre de faillites reste élevé, même s’il ne s’agit pas d’un record proprement dit.

  1. a) Faillites selon la durée d’existence

Les pourcentages sont basés sur les faillites de janvier 2010. Ils ont été répartis par secteur.

Répartition des faillites selon la durée d’existence de l’entreprise

secteur

< 1 an

1 - 2 ans

2 - 5 ans

5 - 10 ans

>= 10 ans

Total

1,0 %

7,6 %

31,0 %

25,2 %

35,2 %

Agriculture

0,0 %

3,8 %

20,0 %

21,9 %

54,3 %

Industrie manufacturière

0,2 %

5,5 %

25,1 %

22,2 %

47,0 %

Construction

0,3 %

7,0 %

33,9 %

24,4 %

34,4 %

Commerce

0,9 %

6,8 %

27,9 %

24,4 %

40,1 %

Horeca

2,4 %

12,5 %

36,8 %

24,7 %

23,7 %

Services

0,7 %

6,0 %

29,8 %

27,7 %

35,9 %

b) Pertes d’emplois

Pertes d'emplois dues aux faillites

Année

Mois

Total

Emplois à temps plein

Emplois à temps partiel

Employeurs salariés

2011

2

2 910

1 824

780

306

2011

1

1 629

793

538

298

2010

12

1 968

1 117

613

238

2010

11

1 978

1 238

488

252

2010

10

2 274

1 434

516

324

2010

9

2 535

1 450

738

347

2010

8

1 362

898

319

145

2010

7

1 432

869

378

185

2010

6

2 293

1 406

586

301

2010

5

1 609

917

421

271

2010

4

1 830

1 090

463

277

2010

3

3 050

2 087

611

352

2010

2

1 776

1 120

348

308

2010

1

1 507

888

376

243

2009

12

1 605

946

428

231

2009

11

2 433

1 649

528

256

2009

10

1 722

1 045

428

249

2009

9

2 404

1 621

513

270

2009

8

814

495

201

118

2009

7

1 215

749

325

141

2009

6

2 297

1 472

567

258

2009

5

1 455

875

335

245

2009

4

2 075

1 161

650

264

2009

3

2 180

1 298

607

275

2009

2

1 823

1 180

387

256

2009

1

1 924

1 245

428

251

2008

12

1 822

1 125

485

212

2008

11

1 520

967

335

218

2008

10

2 225

1 415

554

256

2008

9

2 058

1 280

526

252

2008

8

1 027

774

157

96

2008

7

1 020

670

215

135

2008

6

1 991

1 321

375

295

2008

5

1 079

600

273

206

2008

4

1 515

958

342

215

2008

3

1 383

851

310

222

2008

2

1 064

554

314

196

2008

1

1 478

936

313

229

* Les chiffres de 2008 & 2009 sont des estimations.

La perte d’emplois particulièrement élevée en février 2011 est due à la taille moyenne des entreprises qui ont fait faillite. Cela n’implique cependant pas nécessairement une croissance significative du chômage. Dans un contexte d’affaires courantes, le gouvernement a réussi à stabiliser la situation sur le marché de l’emploi belge par sa politique active de l’emploi.

3) Le Service public fédéral (SPF) Économie et les Régions prennent toute une série d’initiatives susceptibles d’épauler les starters en autres entreprises, notamment les PME. La conjoncture et les crises économiques auront toutefois toujours une influence sur le nombre de faillites et son corollaire, la perte d’emplois. Dans un contexte d’affaires courantes, le gouvernement tente d’en limiter les effets.