Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-1747

de Bert Anciaux (sp.a) du 16 mars 2011

au ministre de la Défense

Clubs militaires - Répartition - Infrastructure - Objectif - Accès - Contrôle

armée
équipement sportif

Chronologie

16/3/2011 Envoi question
26/4/2011 Réponse

Question n° 5-1747 du 16 mars 2011 : (Question posée en néerlandais)

La Défense et l'armée belge disposent de plusieurs clubs militaires pour les officiers et leur famille, destinés notamment à des petites fêtes et à la pratique sportive. De nombreux anciens militaires en sont également membres et s'y rendent régulièrement.

J'aimerais obtenir du ministre une réponse aux questions suivantes.

1) De combien de clubs et/ou bars l'armée belge dispose-t-elle ? Le ministre peut-il en fournir une liste, avec leur nom et adresse ? Quel en est le coût annuel et comment a-t-il évolué depuis 2007 ? Qui finance les activités et l'infrastructure des clubs ? Des militaires y sont-ils employés ? Dans l'affirmative, de combien d'équivalents temps plein s'agit-il ? Comment ce nombre a-t-il évolué depuis 2007 ?

2) Quel est le but de ces clubs ? Pour quelles activités sont-ils employés ? Des civils et des organisations civiles peuvent-ils utiliser l'infrastructure et les équipements de ces clubs ? Dans l'affirmative, à quelles conditions ? Dans la négative, pourquoi pas ?

3) Ces clubs sont-ils toujours réservés aux militaires ? La qualité de membre est-elle requise pour y avoir accès ? Dans l'affirmative, qui peut y être admis comme membre ? Combien de membres ces clubs comptent-ils ? J'aimerais obtenir une ventilation entre les militaires actifs, les militaires retraités, les membres des familles de militaires et les autres catégories ?

4) Qui contrôle le fonctionnement, la comptabilité, l'utilisation, etc. de ces clubs ? Des personnes externes sont-elles impliquées dans ce contrôle ? Le ministre peut-il garantir que la gestion de ces clubs est tout à fait correcte ?

Réponse reçue le 26 avril 2011 :

Je renvoie l’honorable membre à ma réponse à la question parlementaire N° 2721 traitée à la Commission de la Défense de la Chambre des représentants du 16 février 2011.