Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-1305

de Bert Anciaux (sp.a) du 10 février 2011

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de l'Intégration sociale

Forum social mondial - Participation - Thèmes

mouvement altermondialiste
conférence internationale
Confédération syndicale internationale

Chronologie

10/2/2011 Envoi question
25/2/2011 Réponse

Aussi posée à : question écrite 5-1304
Aussi posée à : question écrite 5-1306
Aussi posée à : question écrite 5-1307

Question n° 5-1305 du 10 février 2011 : (Question posée en néerlandais)

Le 6 février 2011, le huitième Forum social mondial s'ouvrait à Dakar. La Confédération syndicale internationale (CSI) y participera. Le FSM est une assemblée démocratique ouverte où des organismes de la société civile, toutes sortes d'organisations sociales et de syndicats, échangent des idées et des expériences, formulent des propositions et développent leur réseau. L'ordre du jour comporte des sujets fort variés, entre autres l'organisation vigilante d'actions syndicales et d'une opposition adéquate contre l'exclusion sociale, la lutte contre la pauvreté et une organisation efficace de la société civile, évidemment dans un contexte mondial.

L'enthousiasme reste très présent pour Dakar; on prévoit entre 30 000 et 50 000 participants et plus de 700 ateliers. Ces ateliers et ces conférences traitent de thèmes comme un travail digne et les droits syndicaux, la protection sociale des travailleurs à domicile, l'exploitation des ressources naturelles, la crise et l'impôt sur les transactions financières. La violence envers les femmes, les conflits au travail, le VIH/sida et la nécessité de services publics de qualité font aussi l'objet d'une grande attention. Une approche axée sur la recherche de solutions est indispensable. Le développement d'une diplomatie préventive et la présence d'un rôle central dans la gestion en font partie.

Ces sujets permettent de confronter entre elles les positions sud-sud, nord-sud et nord-nord concernant la crise des services publics. Des thèmes concernant les employeurs sont également abordés, en matière de médecine préventive et de non-discrimination des travailleurs malades, avec une attention particulière accordée à la promotion d'un syndicalisme de revendication africain, outre un syndicalisme de service.

Par rapport au Forum économique mondial de Davos, le FSM jette l'un ou l'autre éclairage complémentaire sur les principaux défis de la communauté internationale. Après la participation enthousiaste de certains ministres au forum de Davos, on peut – normalement, voire nécessairement – espérer qu'une importante délégation politique participera également à ce Forum social mondial.

J'aimerais obtenir une réponse aux questions suivantes :

1) Avez-vous été reçu des informations au sujet de ce Forum social mondial de Dakar ? Son contenu et son importance ont-ils été débattus au sein du gouvernement ?

2) Les thèmes de ce forum constituent-ils des questions prioritaires ? Une dernière chance de concertation, avec une présence large et variée de la société civile – entre autres les syndicats, les organismes de développement et environnementaux – vous semble-t-elle utile concernant ces thèmes ?

3) Participerez-vous à ce forum ? Dans l'affirmative, pourquoi ? Dans la négative, pourquoi ?

4) Combien de fonctionnaires fédéraux (et dans l'affirmative, lesquels, de quel niveau et avec quelles missions) suivront-ils ce forum avec vous, en votre nom ou au nom du gouvernement ?

5) Ce FSM de Dakar bénéficie-t-il d'autant d'attention que le récent forum économique de Davos ?

6) Pourquoi le gouvernement fédéral accorde-t-il un traitement tellement différent à ces deux forums internationaux ? Avec quels arguments étaie-t-il le choix d'accorder une plus grande attention politique, administrative et donc aussi financière au forum de Davos qu'à celui de Dakar ?

Réponse reçue le 25 février 2011 :

En réponse à votre question, je vous renvoie aux réponses qui seront fournies par mes collègues à qui la question a également été posée sous les numéros 5-1304, 5-1306 et 5-1307.