Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-11042

de Bert Anciaux (sp.a) du 5 février 2014

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Collection d'art moderne des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

beaux-arts
musée
Région de Bruxelles-Capitale
métropole

Chronologie

5/2/2014 Envoi question
22/4/2014 Réponse

Requalification de : demande d'explications 5-4432

Question n° 5-11042 du 5 février 2014 : (Question posée en néerlandais)

Depuis la fermeture du département d'Art moderne des musées royaux des Beaux-Arts de Belgique (MRBAB), il y a une discussion âpre sur l'endroit où cette collection devrait être exposée. Pour le moment, il semble que l'on ait opté pour un « hébergement provisoire » dans le bâtiment Vanderborght. Entre-temps il y a eu de vagues promesses de construction d'un nouveau musée, entre autres le long du canal, dans le parc du Cinquantenaire, etc. dans un avenir pas davantage défini. L'érection d'un tel musée nouveau coûte évidemment de l'argent, a fortiori si l'on veut, à juste titre, en faire une perle architecturale. Bruxelles le mérite; ce serait assurément une contribution à son rayonnement international.

Au fond, le traitement en parent pauvre d'une collection sous-estimée doit être qualifié de scandaleux, indigne d'une ville internationale comme Bruxelles. Le grand succès, y compris auprès de visiteurs belges, de l'implantation du Louvre à Lens dans le Nord de la France montre l'intérêt artistique et populaire de ce type de musée

La ministre a dans le passé déjà fait savoir qu'elle ne voulait pas saupoudrer les moyens de Beliris sur de nombreuses activités à petite échelle mais que sa préférence allait à la concentration sur de gros ou très gros projets.

Voici mes questions.

1) Entre-t-il dans les possibilité de Beliris de soutenir et financer, ou cofinancer l'érection d'un nouveau musée d'Art moderne ? N'entre-t-il pas dans la mission de Beliris de mettre en valeur le patrimoine culturel et architectural ? La ministre estime-t-elle qu'un musée d'Art moderne contribuera fortement au développement du rayonnement international de Bruxelles ?

2) Ce point a-t-il déjà été débattu par le gouvernement ou le conseil d'administration de Beliris ? Des contacts ont-ils déjà été pris à ce propos avec le secrétaire d'État chargé des institutions scientifiques fédérales et avec les autres autorités concernées ? Avec quel résultat ?

3) Les communautés, qui sont chargées de la Culture, seront-elles associées ? Comment la ministre compte-t-elle organiser cela pratiquement ? Quelles conventions peuvent-elles être conclues ? Comment un nouveau musée s'inscrira-t-il dans les politiques muséales des communautés ?

4) Beliris peut-il éventuellement libérer des moyens financiers ? Y a-t-il encore un arriéré d'affectation à Beliris ?

Réponse reçue le 22 avril 2014 :

1) Avant toutes choses, je souhaite vous rappeler que Beliris joue déjà un rôle important dans la valorisation du patrimoine culturel et architectural de Bruxelles. Nos investissements au Palais des Beaux-Arts, au Musée Royal des Beaux-Arts ou encore au Musée Horta ou au Wiels en témoignent. En ce qui concerne la création d’un musée d’Art Moderne à Bruxelles, je considère, comme vous, que ce serait une plus-value pour l’attractivité de la Région de Bruxelles-capitale.

2) Je peux donc vous annoncer que, suite au Comité de Coopération de décembre 2013, Beliris pourrait déjà jouer un rôle important dans le développement de ce projet. En effet, le Comité de Coopération a inscrit au programme de Beliris la possibilité d’acquérir, avec les moyens de Beliris, les terrains ou immeubles qui seraient nécessaires à la construction de ce musée d’Art moderne. Dès que le site de ce futur musée aura été déterminé avec précision par les autorités régionales, il reviendra aux Secrétaires d’Etat à la Politique scientifique et à la Régie des Bâtiments de se concerter, avec la Région bruxelloise, pour déterminer les modalités d’installation du Musée.

3) Quant aux modalités de collaboration avec les Communautés, il reviendra au Musée royal des Beaux-Arts de les discuter avec les Communautés.

4) Pour votre question 4, j’y réponds de manière complète dans le cadre de votre question 5-11043.