Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 5-10124

de Elke Sleurs (N-VA) du 18 octobre 2013

à la vice-première ministre et ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances

Hôpitaux - Criminalité - Drogues - Armes - Police - Aperçu

établissement hospitalier
stupéfiant
arme à feu et munitions
lutte contre le crime
statistique officielle
répartition géographique

Chronologie

18/10/2013 Envoi question
28/4/2014 Fin de la législature

Question n° 5-10124 du 18 octobre 2013 : (Question posée en néerlandais)

A la fin du mois d'août, l'hôpital Saint-Pierre a admis un homme qui était en possession de trois kilos de cocaïne. L'hôpital ne prévint alors pas la police et détruisit lui-même la drogue. On reconnut par la suite qu'il eût mieux valu prévenir la police mais on fit en même temps référence au secret professionnel auquel le personnel médical est tenu. On peut supposer quel l'on trouve plus souvent qu'on ne le croit de la drogue ou des armes prohibées lors d'admissions à l'hôpital. Pour me faire une meilleure idée de ce phénomène, j'aimerais obtenir les renseignements suivants :

1) A quelle fréquence trouve-t-on de la drogue sur les patients admis à l'hôpital ? J'aimerais ces chiffres pour les cinq dernières années, ventilés par région, par substance, par quantité et par an.

2) A quelle fréquence trouve-t-on des armes prohibées sur les patients admis à l'hôpital ?J'aimerais ces chiffres pour les cinq dernières années, ventilés par région, par catégorie d'arme et par an.

3) A quelle fréquence la police doit-elle se rendre sur place à la suite d'un incident ou de faits criminels ? Combien de fois s'agit-il de faits de violence ?De délits liés à la drogue ou au port d'une arme prohibée ? D'autres faits ?J'aimerais obtenir ces chiffres pour les cinq dernières années, ventilés par an, par arrondissement et par motif de l'intervention.