Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 4-4686

de Anke Van dermeersch (Vlaams Belang) du 6 octobre 2009

au secrétaire d'État à la Mobilité, adjoint au Premier ministre

Belgocontrol - Contrôleurs aériens - Conditions de travail et manque de personnel - Connaissance de l'anglais

Skeyes
aéroport
condition de travail
pénurie de main-d'oeuvre
contrôle aérien
sécurité aérienne

Chronologie

6/10/2009 Envoi question (Fin du délai de réponse: 5/11/2009 )
4/11/2009 Réponse

Question n° 4-4686 du 6 octobre 2009 : (Question posée en néerlandais)

Les contrôleurs aériens de Brussels Airport sont extrêmement mécontents de leurs conditions de travail et s'inquiètent de la sécurité à l'aéroport et autour de l'aéroport de Zaventem. Selon leurs dires, ces contrôleurs aériens sont surchargés de travail et la limite des 35 heures de travail par semaine n'est pas respectée. Souvent ils doivent travailler d'affilée plus de douze jours.

J'ai reçu un aperçu de la liste concrète des problèmes auxquels doivent faire face les travailleurs dans le cadre du fonctionnement de Belgocontrol.

1. Est-il exact que depuis quelques mois les travailleurs qui quittent l'entreprise ne sont plus remplacés pour des raisons d'économie ?

2. Combien de contrôleurs aériens francophones ont-ils réussi l'épreuve d'anglais durant ces dernières années et combien y ont-ils échoué ?

3. Les aéroports wallons sont-ils aussi en sous-effectifs ? Tous les aéroports wallons ont-ils suffisamment de personnel pour assurer la sécurité ?

4. Les contrôleurs aériens qui sont promus experts ne se retrouvent plus devant l'écran du pupitre de contrôle. Est-ce vrai? Comment leur remplacement devant l'écran de contrôle est-il organisé ?

Réponse reçue le 4 novembre 2009 :

Belgocontrol dispose d'un plan des besoins ATS pour ses contrôleurs aériens sur un horizon de cinq ans (2009-2014) établi sur base des directives de l'ATCO Manpower Planning d'Eurocontrol.

Le plan des besoins ATS tient notamment compte de l’in-flow, du through-flow et de l’out-flow de contrôleurs aériens et prévoit le recrutement de nouveaux contrôleurs aériens en 2011 (sélection au début 2010 – recrutement au début 2011 au plus tard– début de la formation à la fin 2011 au plus tard).

1. Il n’est pas exact que depuis quelques mois les employés qui quittent l’entreprise ne sont plus remplacés pour des raisons d’économies. Le recrutement de contrôleurs aériens, engagés statutairement, se déroule conformément au plan des besoins ATS.

2. Dans le cadre de l’obligation de licence récemment introduite pour les contrôleurs aériens, ceux-ci doivent passer un test d’English Proficiency (test ELPAC), soit pour le mois de mai 2010 au plus tard. À l’heure actuelle, sur les cinquante contrôleurs aériens du rôle linguistique francophone qui ont passé le test, quarante-neuf ont réussi.

3. Belgocontrol prévoit un nombre suffisant de personnel pour toutes ses exploitations (également dans les aéroports wallons), c'est-à-dire conformément à son plan des besoins ATS.

4. Le plan des besoins ATS prévoit le through-flow de contrôleurs aériens vers le grade d’expert selon un nombre d’emplois vacants soigneusement identifiés. Le plan des besoins ATS tient compte du fait que les contrôleurs aériens en question ne sont pas opérationnels ou encore seulement de manière très limitée et prévoit donc un remplacement.