SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2012-2013 Zitting 2012-2013
________________
10 décembre 2012 10 december 2012
________________
Question écrite n° 5-7522 Schriftelijke vraag nr. 5-7522

de Bert Anciaux (sp.a)

van Bert Anciaux (sp.a)

au vice-premier ministre et ministre des Finances et du Développement durable, chargé de la Fonction publique

aan de vice-eersteminister en minister van Financiën en Duurzame Ontwikkeling, belast met Ambtenarenzaken
________________
Fraude commise lors d'opérations bancaires en ligne - Indemnisation du préjudice - Loi relative aux opérations électroniques Fraude bij internetbankieren - Vergoeding van schade - Febelfin - Wet op de elektronische verrichtingen 
________________
criminalité informatique
bancatique
protection du consommateur
computercriminaliteit
elektronische bankhandeling
bescherming van de consument
________ ________
10/12/2012 Verzending vraag
18/1/2013 Antwoord
10/12/2012 Verzending vraag
18/1/2013 Antwoord
________ ________
Question n° 5-7522 du 10 décembre 2012 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-7522 d.d. 10 december 2012 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Le nombre de cas de fraude commise lors d'opérations bancaires en ligne connaît une croissance exponentielle. Les montants ainsi détournés au cours des cinq premiers mois de 2012 sont déjà quatre fois plus élevés que sur l'ensemble de l'année 2011. C'est ce que révèlent les chiffres de Febelfin, la fédération du secteur financier.

Jusqu'à présent, toutes les personnes qui, ces dernières années, étaient victimes de ces arnaques en Belgique étaient indemnisées. Mais cette indemnisation ne va manifestement plus de soi. Réagissant à ces annonces, les banques disent qu'elles examinent la situation « au cas par cas » et que l'indemnisation du préjudice n'est pas automatique mais est un « geste commercial ». Tant que le nombre de cas reste limité, l'indemnisation ne semble donc pas poser de problème et les banques remboursent loyalement. Mais si ces cas de fraude continuent à croître (et leur hausse est bien très rapide), les banques seront de moins en moins enclines à faire un « geste ».

D'autres experts qui défendent les intérêts des clients (entre autres Test-Achats) prétendent toutefois que cette attitude n'est pas correcte. Conformément à la loi sur les opérations électroniques, les banques sont tenues d'indemniser le client. À moins qu'il ne soit question d'une négligence grave du consommateur. La banque doit en outre pouvoir démontrer la négligence. Reste encore à savoir ce que l'on entend par négligence.

Mes questions sont les suivantes.

1) À quel cadre réglementaire l'indemnisation du préjudice subi par un consommateur lors d'opérations bancaires en ligne est-elle soumise ? Le ministre peut-il donner des explications ?

2) Est-il vrai que les indemnités sont un « geste commercial » des banques ou bien celles-ci sont-elles obligées de rembourser, comme le prétend entre autres Test-Achats ? Le ministre reconnaît-il qu'un traitement « au cas par cas » est inacceptable et que les banques doivent utiliser des critères uniformes pour indemniser les consommateurs victimes d'une fraude lors d'opérations bancaires en ligne ? Pense-t-il qu'il faille à tout le moins préciser le statut juridique du consommateur ?

3) Que faut-il comprendre par « négligence grave » concernant ce genre de cas de fraude ? À qui la charge de la preuve incombe-t-elle ? Ce n'est actuellement pas clair pour les consommateurs. Le ministre pense-t-il comme moi que cette imprécision soit fâcheuse et que le bon fonctionnement de l'argent en tant que moyen de paiement et des opérations de paiement (en ligne) repose sur la confiance ? Reconnaît-il qu'en renforçant la responsabilité des consommateurs, on risque de saper la confiance dans les opérations de paiement en ligne alors qu'il s'agit justement d'une méthode de paiement très efficace ? Estime-t-il comme moi que ce soit avant tout aux banques qu'incombe la responsabilité de la sécurité des opérations bancaires en ligne ?

4) Les banques tentent de rejeter sur le client la responsabilité de la fraude en ligne prenant pour cible les comptes de paiement, par exemple en imposant dans les conditions aux clients de disposer d'un antivirus et de le mettre à jour régulièrement. Quelle latitude les banques ont-elles pour exiger des consommateurs une « connaissance de l'internet » minimale et une protection minimale des ordinateurs avant de procéder à l'indemnisation du préjudice ?

5) Le ministre s'est-il déjà concerté avec Febelfin à ce sujet ? Avec quel résultat ?

 

Het aantal gevallen van fraude via internetbankieren stijgt exponentieel. In de eerste vijf maanden van 2012 is al vier keer meer geld verloren aan fraude bij internetbankieren dan in heel 2011. Dat blijkt uit cijfers van Febelfin, de sectorfederatie voor de financiële wereld.

Tot dusver werden alle gedupeerden vergoed die de afgelopen jaren in België op die manier werden opgelicht. Maar dit is blijkbaar geen vanzelfsprekendheid. In eerdere reacties op dit soort berichten zeggen banken dat ze "geval per geval" bekijken en dat de vergoeding van de schade geen vanzelfsprekendheid is, maar "een commerciële geste". Zolang het aantal schadegevallen beperkt blijft, lijkt er dus geen probleem en betalen de banken braaf uit. Maar wanneer deze gevallen van fraude blijven toenemen (en dat doen ze snel) zullen banken steeds minder bereid zijn een "geste" te doen.

Andere experts die de belangen van de klanten behartigen (onder andere Test-Aankoop) stellen echter dat dit niet klopt. De banken zijn volgens de wet op de elektronische verrichtingen gewoon verplicht de klant te vergoeden. Tenzij er sprake zou zijn van grove nalatigheid door de consument. De bank moet deze nalatigheid ook kunnen aantonen. Rest er bovendien nog de vraag wat men onder grove nalatigheid verstaat.

Hierover de volgende vragen:

1) Welk regelgevend kader bestaat er met betrekking tot de vergoeding van consumentenschade bij internetbankieren en kan de minister dit toelichten?

2) Klopt het dat de schadevergoedingen een "commerciële geste" zijn vanwege de banken of zijn de banken sowieso verplicht tot deze terugbetaling zoals onder andere Test-Aankoop stelt? Gaat de minister akkoord dat een "geval per geval" aanpak in ieder geval onaanvaardbaar is en dat banken uniforme standaarden moeten hanteren voor het vergoeden van consumentenschade door fraude bij internetbankieren? Is hij van mening dat er op zijn minst een verduidelijking moet komen van de rechtspositie van de consument?

3) Wat moet men verstaan onder grove nalatigheid met betrekking tot dit soort gevallen van fraude? Bij wie ligt de bewijslast? Momenteel is dit voor consumenten onduidelijk. Deelt de minister mijn opvatting dat dit zeer onwenselijk is en dat geld als betaalmiddel en het (online)betalingsverkeer alleen kunnen functioneren op basis van vertrouwen? Beaamt hij dat het aanscherpen van de verantwoordelijkheid van consumenten kan leiden tot het ondermijnen van het vertrouwen in het onlinebetalingsverkeer, terwijl dit juist een zeer efficiënte betaalmethode is? Deelt hij mijn opvatting dat de verantwoordelijkheid voor de veiligheid van internetbankieren in de eerste plaats bij de banken ligt?

4) De banken proberen de aansprakelijkheid voor onlinefraude met betaalrekeningen naar de klant te verschuiven, bijvoorbeeld door in de voorwaarden te stellen dat klanten een virusscanner moeten hebben en de software regelmatig moeten updaten. Welke ruimte hebben banken om eisen te stellen aan de "internetkennis" en de beveiliging van computers van consumenten alvorens tot vergoeding bij schade over te gaan?

5) Heeft de minister hieromtrent reeds overleg gehad met Febelfin? Met welk resultaat?

 
Réponse reçue le 18 janvier 2013 : Antwoord ontvangen op 18 januari 2013 :

J’invite l’honorable membre à poser sa question à mon collègue, vice-premier ministre et ministre de l'Économie, des Consommateurs et de la Mer du Nord Vande Lanotte, qui est en charge de cette matière.

Ik nodig het geachte lid uit zijn vraag te stellen aan mijn collega, vice-eerste minister en minister van Economie, Consumenten en Noordzee Vande Lanotte, die bevoegd is voor deze materie.