SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2011-2012 Zitting 2011-2012
________________
3 juillet 2012 3 juli 2012
________________
Question écrite n° 5-6646 Schriftelijke vraag nr. 5-6646

de Bert Anciaux (sp.a)

van Bert Anciaux (sp.a)

au vice-premier ministre et ministre des Finances et du Développement durable, chargé de la Fonction publique

aan de vice-eersteminister en minister van Financiën en Duurzame Ontwikkeling, belast met Ambtenarenzaken
________________
La débâcle à l'administration de la TVA à Bruxelles Het debacle bij de Brusselse btw-administratie 
________________
TVA
administration fiscale
application de l'informatique
administration électronique
document électronique
scanner
BTW
belastingadministratie
toepassing van informatica
elektronische overheid
elektronisch document
scanner
________ ________
3/7/2012 Verzending vraag
8/10/2012 Antwoord
3/7/2012 Verzending vraag
8/10/2012 Antwoord
________ ________
Requalification de : demande d'explications 5-2317 Requalification de : demande d'explications 5-2317
________ ________
Question n° 5-6646 du 3 juillet 2012 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-6646 d.d. 3 juli 2012 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Il arrive que la réalité dépasse la fiction. Les fonctionnaires bruxellois de la TVA apprirent fin décembre la nouvelle réjouissante que leurs dossiers seraient informatisés grâce au scanning. Cela exigeait certes un travail préparatoire, il fallait entre autres en éliminer toutes les agrafes. Il apparut alors qu'il n'y avait pas de boîtes pour expédier les documents non agrafés. Un peu plus tard, ils s'aperçurent que le programme informatique destiné à la traçabilité des documents emballés fonctionnait à peine voire pas du tout. Il fallait à peu près dix minutes pour encoder un numéro TVA... et il y en avait 200 par boîte ! Les premières boîtes partirent finalement fin janvier vers les centres de scanning de Malines et Namur. Après l'informatisation, les fonctionnaires étaient censés pouvoir consulter les dossiers sur l'ordinateur mais là aussi il y eut un grain de sable dans l'engrenage. Après trois mois, cela s'avère toujours impossible alors qu'entre-temps 70 % des dossiers ont été expédiés vers les centres de scanning. Les fonctionnaires de la TVA se retrouvent dans une situation désespérée car ils doivent contrôler sans disposer des dossiers. Par conséquent les critiques sont impitoyables : pourquoi ne pas avoir démarré par un test limité avant d'appliquer le système à grande échelle ?

Le ministre confirme-t-il la débâcle provoquée par une informatisation ingérable et manifestement ratée aux services TVA de Bruxelles ? Le ministre reconnaît-il que ces fonctionnaires de la TVA, après avoir été confrontés à des problèmes successifs, doivent maintenant faire une grande partie de leur travail sans pouvoir consulter leurs dossiers ? Qui le ministre peut-il rendre et rendra-t-il responsable de tout cela car cette opération fondamentalement mal organisée n'est pas seulement source de frustrations chez les fonctionnaires mais donne aussi et surtout lieu à une perception inefficace des impôts et à la perte de recettes. Comment est-il possible que des procédures si sensibles soient tout à coup appliquées à Bruxelles sans test préalable ? Le ministre peut-il évaluer le coût de cet échec tant en perte de temps qu'en pertes de recettes et en coûts d'adaptation des systèmes ?

Sommes-nous assurés que les responsables seront sanctionnés ? Le ministre peut-il le confirmer avec certitude ?

Comment le ministre fera-t-il en sorte de rectifier la situation au plus vite et de permettre rapidement aux fonctionnaires bruxellois de la TVA d'accomplir leur travail comme il convient ? Quels calendrier et méthode le ministre préconise-t-il ?

 

Soms overtreft de realiteit de fictie. De Brusselse btw-ambtenaren ontvingen einde december het heuglijke nieuws dat hun dossiers zouden worden geïnformatiseerd, door ze in te scannen. Dat vergde uiteraard voorbereidende werken, onder meer de verwijdering van alle nietjes. Toen bleek dat er geen dozen waren om de niet geniete documenten te verzenden. Even later bleek dat het computerprogramma om de verpakte documenten te kunnen traceren niet of nauwelijks werkte. Het vergde ongeveer tien minuten om één btw-nummer in te voeren… en dat met 200 dossiers per doos! Uiteindelijk vertrokken de eerste dozen einde januari naar de scanningscentra in Namen en Mechelen. Na de informatisering zouden de ambtenaren hun dossiers op het scherm moeten kunnen raadplegen, maar ook hier kwam een kink in de kabel. Na drie maanden lukt dat nog steeds niet en ondertussen vertrok al 70% van de dossiers naar de scanningscentra. De btw-ambtenaren verzeilen ondertussen in een hopeloze situatie, want ze moeten controles doen zonder dossiers. De kritiek is dan ook bikkelhard: waarom is niet gestart met een beperkte test alvorens het systeem grootschalig toe te passen?

Bevestigt de minister het debacle bij de Brusselse btw-diensten, dat wordt veroorzaakt door een onbeheersbare en blijkbaar ook mislukte informatisering? Beaamt de minister dat de betrokken btw-ambtenaren, achtereenvolgens werden geconfronteerd met tal van euvels, maar momenteel in grote mate hun werk moeten doen zonder dat ze hun dossiers kunnen raadplegen? Wie zal en kan de minister hiervoor aansprakelijk stellen, want deze fundamenteel slecht georganiseerde operatie veroorzaakt niet alleen frustraties bij de ambtenaren, maar ze leidt vooral ook tot een inefficiënte inning van de belastingen en tot een derving van inkomsten. Hoe kan het dat dergelijke gevoelige processen zonder testcases ineens in Brussel worden toegepast? Kan de minister een raming maken van de kosten van die mislukking, zowel qua tijdsverlies, qua derving van inkomsten als qua kosten voor de aanpassing van de systemen?

Mogen we ervan uitgaan dat de verantwoordelijken hiervoor zullen worden gestraft? Kan de minister dat met stelligheid bevestigen?

Hoe zal de minister ervoor zorgen dat de mislukking binnen de kortste keren wordt rechtgezet en dat de Brusselse btw-ambtenaren snel weer hun werk naar behoren zullen kunnen volbrengen? Welke timing en methode stelt de minister voor?

 
Réponse reçue le 8 octobre 2012 : Antwoord ontvangen op 8 oktober 2012 :

Pour compléter le dossier numérique unique de chaque assujetti, il a été décidé de scanner les documents papier essentiels que contient le dossier permanent de chaque assujetti. Un dossier comporte deux parties: un dossier permanent (l'historique) et une partie taxation. Le scanning ne concerne que le dossier permanent. Les services peuvent donc bien effectuer leur travail – au moyen du dossier de taxation – mais il est vrai que dans certains cas, le dossier permanent doit être consulté.

Un projet pilote pour cette opération de scanning a été mis sur pied au cours de l'année 2011. La méthode choisie a été testée, et améliorée là où c’était nécessaire. Le scanning des dossiers permanents a réellement démarré début février 2012.

Il est vrai que certains problèmes techniques (vitesse de consultation et droits d'accès) se sont produits du 29 mars 2012 au 25 avril 2012, de sorte que le dossier numérisé ne pouvait être consulté. Pour résoudre ces problèmes, le Service public fédéral (SPF) Finances a constitué une cellule de crise comprenant les services concernés (tant l’ICT que fiscalité) avec pour objectif d’analyser les causes, les conséquences et les risques, et trouver des solutions. Le problème est, de fait, désormais résolu.

Au 30 juin 2012, 80 % de l’ensemble des dossiers à scanner ont déjà été numérisés. De plus, la majeure partie des données nécessaires pour le contrôle et le recouvrement de la TVA sont maintenant disponibles sous forme électronique. Rien n'empêche les services de gérer et contrôler leurs dossiers. Les opérations de scannage n'ont pas eu d'impact direct sur les services Perception et Recouvrement de la TVA, ni sur le dépôt des déclarations et le paiement des sommes dues.

Om het unieke digitale dossier van elke belastingplichtige te vervolledigen, werd beslist de essentiële papieren documenten, dat het permanente dossier van elke belastingplichtige bevat, te digitaliseren. Een dossier heeft twee delen: een permanent dossier (de historiek) en een deel taxatie. De scanning betreft alleen het permanent dossier. De diensten kunnen dus wel hun werk doen – met het taxatiedossier – maar het is juist, dat in sommige gevallen, het permanent dossier geraadpleegd moet worden.

Een proefproject voor deze digitaliseringsoperatie werd op touw gezet in de loop van 2011. De gekozen methode werd getest en waar nodig verbeterd. De scanning van de permanente dossiers startte effectief begin februari 2012.

Het klopt dat enkele technische problemen (snelheid van consultatie en toegangsrechten) zich voordeden van 29 maart 2012 tot 25 april 2012 waardoor het gescande dossier niet consulteerbaar waren. Om die problemen op te lossen, heeft de Federale Overheidsdienst (FOD) Financiën een crisiscel ingesteld die de betrokken diensten omvat (zowel ICT als fiscaal) met als doel de oorzaken, de gevolgen en de risico's te analyseren en oplossingen uit te werken. Het probleem is trouwens inmiddels rechtgezet.

Op 30 juni 2012 werd al 80 % gedigitaliseerd van het geheel van de dossiers die voorzien waren om te worden gescand. Bovendien is het leeuwendeel van de gegevens die nodig zijn voor de controle en invordering van de btw nu al elektronisch beschikbaar. Niets weerhoudt de diensten ervan om hun dossiers te beheren en te controleren. De scanningwerkzaamheden hebben geen rechtstreekse impact gehad op de diensten inning en invordering van de btw, noch op het indienen van aangiften en het betalen van verschuldigde bedragen.