SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2011-2012 Zitting 2011-2012
________________
13 janvier 2012 13 januari 2012
________________
Question écrite n° 5-5180 Schriftelijke vraag nr. 5-5180

de Bert Anciaux (sp.a)

van Bert Anciaux (sp.a)

à la ministre de la Justice

aan de minister van Justitie
________________
Les différences en matière de libération anticipée entre la Wallonie et la Flandre Verschillen in het vervroegd vrijkomen tussen Wallonië en Vlaanderen 
________________
libération conditionnelle
disparité régionale
exécution de la peine
voorwaardelijke invrijheidstelling
regionale verschillen
voltrekking van de straf
________ ________
13/1/2012 Verzending vraag
15/2/2012 Antwoord
13/1/2012 Verzending vraag
15/2/2012 Antwoord
________ ________
Requalification de : demande d'explications 5-1726 Requalification de : demande d'explications 5-1726
________ ________
Question n° 5-5180 du 13 janvier 2012 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-5180 d.d. 13 januari 2012 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

La tragédie qui s'est produite à Liège suscite de nombreuses réactions de diverses natures. Les plus frappantes et durables sont certes celles qui expriment une implication émotionnelle sincère, qui reflètent que les personnes ont été profondément touchées et qu'elles ressentent de l'empathie par rapport à l'immense souffrance des blessés ainsi que des proches et amis des personnes assassinées et blessées.

Les réactions professionnelles et politiques sont un peu plus prévisibles. Elles doivent être prises en compte même si elles contrastent parfois avec les aspects émotionnels et humains.

En effet, des questions critiques sur la loi Lejeune se sont succédé mais je ne réagirai pas immédiatement sur ce point. Je le ferai cependant indirectement, car l'incontournable Jef Vermassen, pénaliste flamand et figure médiatique, s'est déchaîné dans le talk-show Pauw & Witteman diffusé à la télévision néerlandaise. Il a repris sans détours des propos publiés dans De Standaard du 16 décembre dernier, selon lesquels il avait l'impression qu'en Wallonie, on peut bénéficier plus rapidement d'une libération anticipée, que nous formions deux mondes dans le même pays, que nous le ressentions également en matière de justice. La motivation de maître Vermassen pour tenir de tels propos m'échappe. Le message, l'hypothèse ou le constat, non.

Comment la ministre évalue-t-elle et interprète-t-elle les propos du pénaliste Vermassen en la matière ? Partage-t-elle le point de vue selon lequel les prisonniers bénéficient plus rapidement d'une libération anticipée en Wallonie qu'en Flandre? La ministre dispose-t-elle de chiffres qui confirment, atténuent ou démentent ces déclarations ? Y a-t-il des relations de cause à effet entre une libération anticipée plus rapide et la région où ces jugements sont rendus... et dans l'affirmative, à quoi peut-on les imputer ? Ou la région ne joue-t-elle pas le moindre rôle en tant que critère ou indicateur en cette matière ?

 

De tragiek van wat zich in Luik afspeelde verwekt vele reacties en van heel verschillende aard. De meest opvallende en beklijvende zijn zeker deze van gemeende emotionele betrokkenheid, van diep geraakte menselijkheid, van empathie met het onpeilbare leed van gekwetsten en de nabestaanden en vrienden van vermoorde en verwonde slachtoffers.

Even voorspelbaar zijn meer zakelijke en politieke reacties. Ook deze verdienen aandacht, ook al klinken ze soms schril in vergelijking met de menselijke en emotionele aspecten.

Uiteraard defileerden kritische vragen over de Wet Lejeune, maar daarop wil ik met deze vraag niet rechtstreeks ingaan. Wel onrechtstreeks, want de onvermijdelijk Jef Vermassen, Vlaams strafpleiter en mediafiguur, ontbond al zijn duivels in het praatprogramma Paux & Witteman, op de Nederlandse televisie. Hij stelde onomwonden - citaat uit de Standaard van 16 december jl. "Ik heb de indruk dat je in Wallonië sneller vervroegd vrij kunt komen. We zijn twee werelden in een land. Dat ondervinden we ook op justitie." De motivering van advocaat Vermassen om tot deze uitspraak te komen ontgaat me. De boodschap of hypothese of vaststelling niet.

Hoe evalueert en interpreteert de minister de uitspraak hieromtrent van strafpleiter Vermassen? Beaamt zij de stelling dat gevangenen in Wallonië sneller vervroegd vrij komen dan in Vlaanderen? Beschikt de minister hieromtrent over cijfermateriaal dat deze uitspraak bevestigt, mildert of ontkent? Zijn er bepaalde causale verbanden tussen een snellere vervroegde vrijlating en het gewest waar deze uitspraken worden geveld… en zo ja, hoe vallen deze oorzakelijke verbanden te verklaren? Of speelt het gewest als criterium of indicator in deze geen enkele rol?

 
Réponse reçue le 15 février 2012 : Antwoord ontvangen op 15 februari 2012 :

Les chiffres actuels sur ces différences ne donnent pas une image d'actualité. Il s'agit de données conservées par les tribunaux de l'application des peines mêmes et qui doivent encore faire l'objet d'une validation complémentaire. A cet égard, l'Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) procédera dans un délai relativement bref à une analyse sur la base de données enregistrées dans la base de données uniforme dont disposent actuellement les tribunaux de l'application des peines, à savoir SURTAP.

Lorsqu'on examine le taux d'octroi de libérations conditionnelles des précurseurs des tribunaux de l'application des peines, à savoir les commissions de libération conditionnelle, on constate que le nombre de libérations conditionnelles accordées en 1999 a été proportionnellement plus élevé du côté néerlandophone que du côté francophone. Par la suite, les taux d'octroi restent encore assez stables du côté francophone tandis qu'ils diminuent du côté néerlandophone tout en restant supérieurs à ceux du côté francophone. Ce tableau semble être corroboré par des chiffres plus récents relatifs aux tribunaux de l'application des peines.

Ces taux d'octroi ne permettent pas de se prononcer de manière décisive sur le caractère rigoureux ou indulgent de l'application de la loi sur la libération conditionnelle, car d'autres facteurs peuvent également s'appliquer telles les différences de profil de la population qui comparaît devant le tribunal de l'application des peines ou qui obtient une liberté conditionnelle, la nature des établissements qui ressortissent au tribunal de l'application des peines et les facilités de régime y afférentes, la disponibilité de personnel psychosocial dans les prisons pour préparer la réinsertion et dispenser des conseils, les circonstances socio-économiques et les possibilités d'accueil dans les régions respectives, la durée de la détention préventive, etc. Tous ces éléments sont susceptibles de contribuer à déterminer l'octroi ou non de la liberté conditionnelle et la durée de la détention avant l'octroi de la liberté conditionnelle.

En ce qui concerne les personnes qui ont bénéficié d'une libération conditionnelle en 2007, un schéma différent se dessine également en fonction du tribunal de l'application des peines en ce qui concerne le délai fixé en plus de la date d'admissibilité à la libération conditionnelle. On peut affirmer qu'il s'agit de différences entre tribunaux de l'application des peines plutôt que de différences communautaires.

De huidige cijfers betreffende deze verschillen geven geen actueel beeld. Het gaat om gegevens bijgehouden door de strafuitvoeringsrechtbanken zelf die nog verder gevalideerd dienen te worden. Het Nationaal Instituut voor criminalistiek en criminologie (NICC) zal op relatief korte termijn een analyse hieromtrent uitvoeren op basis van de gegevens geregistreerd in de uniform opgezette databank waarover de strafuitvoeringsrechtbanken thans beschikken, met name SURTAP.

Kijken we naar de toekenningsgraad VI door de voorlopers van de strafuitvoeringsrechtbanken, nl de VI-Commissies, zien we dat er in 1999 verhoudingsgewijs meer VI’s werden toegekend aan Nederlands- dan Franstalige kant. Nadien blijven de toekenningspercentages aan Franstalige kant nog vrij stabiel, terwijl ze aan Nederlandstalige kant afnemen, maar ze blijven nog steeds hoger dan aan Franstalige kant. Dit beeld lijkt bevestigd te worden door meer recente cijfers met betrekking tot de strafuitvoeringsrechtbanken.

Deze toekenningspercentages laten niet toe om decisief te concluderen tot een strenge of milde toepassing van de VI-wet omdat hierbij ook andere factoren van toepassing kunnen zijn, zoals; verschillen in het profiel van de populatie die voor de SURB verschijnt of VI verkrijgt, de aard van de inrichtingen die onder de SURB ressorteren en bijhorende regimefaciliteiten, de beschikbaarheid aan psychosociaal personeel in de gevangenissen bij de voorbereiding van de re-integratie en met het oog op adviesverlening, de sociaaleconomische omstandigheden en opvangmogelijkheden in de respectievelijke regio’s, de duur van de voorlopige hechtenis, enz. Dit zijn allemaal elementen die mee bepalend kunnen zijn voor de al dan niet toekenning van VI en voor de duur die in detentie wordt doorgebracht alvorens VI toe te kennen.

Bij diegenen die in 2007 voorwaardelijk in vrijheid werden gesteld tekent zich tevens een verschillend patroon af naargelang de strafuitvoeringsrechtbank voor wat betreft de termijn die bovenop de datum van toelaatbaarheid voor VI wordt uitgezeten. We kunnen stellen dat het gaat om verschillen tussen de strafuitvoeringsrechtbanken dan om communautaire verschillen.