SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2010-2011 Zitting 2010-2011
________________
20 mai 2011 20 mei 2011
________________
Question écrite n° 5-2374 Schriftelijke vraag nr. 5-2374

de Bert Anciaux (sp.a)

van Bert Anciaux (sp.a)

au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et des Réformes institutionnelles

aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken en Institutionele Hervormingen
________________
La loi anti-holebi en Ouganda De anti-holebiwet in Oeganda 
________________
Ouganda
minorité sexuelle
discrimination fondée sur l'orientation sexuelle
Oeganda
seksuele minderheid
discriminatie op grond van seksuele geaardheid
________ ________
20/5/2011 Verzending vraag
12/7/2011 Antwoord
20/5/2011 Verzending vraag
12/7/2011 Antwoord
________ ________
Requalification de : demande d'explications 5-960 Requalification de : demande d'explications 5-960
________ ________
Question n° 5-2374 du 20 mai 2011 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-2374 d.d. 20 mei 2011 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Voici quelques semaines, la communauté lesbigay d'Ouganda s'attendait au pire. Le parlement ougandais sortant pouvait se prononcer in extremis sur une loi nettement anti-lesbigay. Seules de fortes pressions internationales ont pu empêcher la discussion et l'adoption de cette loi. La plupart des observateurs frémissaient à cette idée, car la proposition aurait été votée haut la main si elle avait mise à l'ordre du jour. Les conséquences auraient été dramatiques, puisque la proposition tendait à enfermer à perpétuité tous les homosexuels et à condamner à la peine de mort tous les porteurs du virus HIV. Les non-lesbigays qui s'engagent en faveur des droits des lesbigays ou de la prévention du sida risquent également une condamnation sous prétexte de propagande homosexuelle.

J'ai déjà posé à ce sujet une question écrite au ministre des Affaires étrangères et une question orale au ministre de la Coopération au développement. Leurs réponses ne m'ont pas satisfait. À mes yeux, notre pays pourrait réagir bien plus vivement et activement. La tentative avortée du parlement ougandais sortant montre à l'évidence que la classe politique n'a pas encore bien compris. Le ministre de la Coopération au développement a même affirmé que la Belgique joue un rôle moteur dans la défense et la promotion des droits des lesbigays. Il s'enorgueillissait surtout du LGBT Toolkit largement diffusé durant la présidence belge de l'Union. Ce kit est destiné à sensibiliser la classe politique, l'opinion publique et la société civile. L'initiative est certes louable, mais je crains que son effet ne soit négligeable dans un pays aussi homophobe que l'Ouganda. Pour les lesbigays, le danger de mort y est quotidien. M. David Bahati, qui avait déposé la proposition de loi, a l'intention de la réintroduire.

Nul besoin d'être grand clerc pour savoir que cette situation exige des signes forts, contraignants et continus de réprobation. Les questions suivantes en découlent.

Comment réagit le ministre à la nouvelle que le parlement ougandais était toujours prêt à approuver la proposition de loi Bahati ? La Belgique fait-elle partie des pays qui ont exercé des pressions concrètes pour éviter que cette proposition ne soit adoptée au cours de la dernière semaine de la session sortante ? Dans l'affirmative, comment et quand ? Dans la négative, comment le ministre explique-t-il son inertie ou son absence dans ce dossier important ?

Le ministre de la Coopération au développement a déclaré que la proposition de loi Bahati serait officiellement retirée à l'installation du nouveau parlement, ce qui est logique puisqu'elle sera caduque. De quelles garanties concrètes le ministre dispose-t-il pour éviter que cette proposition ne soit remise à l'ordre du jour du parlement ougandais ? Quelles seraient les réactions et les mesures de la Belgique si tel était le cas ? La Belgique veut-elle lier des conséquences à la discussion et à l'adoption d'une telle loi ? Si oui, lesquelles ? Si non, pourquoi pas ? Le ministre veut-il et va-t-il jouer un rôle moteur et dénoncer avec énergie et ténacité cette injustice devant les instances internationales ?

 

Enkele weken geleden verwachtte de holebi-gemeenschap van Oeganda het allerergste. In die periode kon het aftredende Oegandese Parlement in extremis een uitgesproken anti-holebi wet stemmen. Enkel grote internationale druk zorgde ervoor dat deze wet besproken noch gestemd werd. De meeste waarnemers hielden hun hart vast, want eenmaal in bespreking zou deze wet het met vlag en wimpel hebben gehaald. Met rampzalige gevolgen, want wetsvoorstel wil alle homoseksuelen levenslang opsluiten en alle dragers van het HIV-virus tot de doodstraf veroordelen. Ook niet-holebi's die zich inzetten voor holebi-rechten of aidspreventie, lopen gevaar voor veroordeling, omdat ze homoseksualiteit zouden promoten.

Ik ondervroeg de Minister van Buitenlandse Zaken hierover reeds schriftelijk en de Minister van Ontwikkelingssamenwerking mondeling. De antwoorden van de beide ministers schonken me toen geen voldoening. In mijn opinie kan ons land veel meer actief en alert optreden. De verijdelde poging van het aftredende Oegandese Parlement toont duidelijk dat de politieke kaste het nog niet goed begrepen heeft. De Minister van Ontwikkelingssamenwerking gewaagde zelfs dat België een leidende rol speelt in de verdediging en bevordering van holebi-rechten. Hij was vooral trots op de LGTB-toolkit, wijd verspreid onder Belgisch EU voorzitterschap. Deze kit moet de politieke klasse, de publieke opinie en de civiele maatschappij sensibiliseren. Ongetwijfeld een lovenswaardig initiatief, maar ik vrees met een totaal verwaarloosbaar effect in het zeer homofobe Oeganda. Holebi's lopen daar dagelijks levensgevaar. De indiener van het wetsvoorstel, dhr. David Bahati, nam zich voor om het wetsvoorstel terug in te dienen.

Het hoeft weinig betoog: deze situatie vraagt sterke, dwingende en niet aflatende signalen van afkeuring en een strategie voor verandering. Daarom volgende vragen.

Hoe reageert de Minister op de berichtgeving dat het Oegandese Parlement alsnog het wetsvoorstel Bahati wou stemmen? Behoorde België tot de landen die concreet druk uitoefenden om het wetsvoorstel Bahati niet te stemmen in de laatste week van het aftredend parlement? Zo ja, op welke wijze en op welke tijdstippen gebeurde dit? Zo neen, hoe verklaart de minister zijn inertie en/of afwezigheid in deze belangrijke kwestie?

De Minister van Ontwikkelingssamenwerking verklaarde dat het wetsvoorstel Bahati officieel zal worden ingetrokken als het nieuwe parlement aantreedt. Nogal logisch aangezien dit wetsvoorstel vervalt. Over welke concrete waarborgen beschikt de minister om te verhinderen dat dit wetsvoorstel opnieuw op de agenda van het Oegandese parlement belandt? Tot welke Belgische reacties en maatregelen zou dit leiden? Wil België consequenties verbinden aan de behandeling en aanname van een soortgelijke wet? Zo ja, wat zouden deze kunnen inhouden? Zo niet, waarom niet? Wil en zal de Minister hieromtrent een voortrekkersrol op zich nemen en dit onrecht met kracht en doorzettingsvermogen aankaarten op internationale fora?

 
Réponse reçue le 12 juillet 2011 : Antwoord ontvangen op 12 juli 2011 :

Je me réfère à ma réponse aux questions orales 4607 et 4725 de vos collègues Vienne et Tuybens dans la Commission Affaires étrangères de la Chambre du 15 juin dernier.

Ik verwijs naar mijn antwoord op de mondelinge vragen 4607 en 4725 van collega’s Vienne en Tuybens in de Kamercommissie Buitenlandse Zaken van 15 juni jongstleden.